Private Post Interview Al-Assaad avec la TV Al-mayadinne : لقاء خاص مع الدكتور بشار الأسد رئيس الجمهورية العربية السوري على قناة الميادين

20131022-002538_h508356


قناة الميادين – لقاء خاص مع الدكتور بشار الأسد رئيس الجمهورية العربية السورية 21/10/2013

FRENSH :
Damas / Le président Bachar al-Assad, a affirmé que l’opposition est une structure politique ayant une base populaire et un programme politique clair qui n’est pas imposé de l’extérieur, soulignant que cette opposition n’accepte pas l’ingérence étrangère et ne porte point d’armes.

Dans une interview qu’il a accordée à la chaîne satellitaire d’al-Mayadine, le président al-Assad a dit : « Nous n’avons pas de problème dans le dialogue avec n’importe quelle partie à condition qu’elle s’écarte du terrorisme et ne sollicite pas l’ingérence militaire ou politique étrangère en Syrie ».

En outre, le président al-Assad a fait noter que ce qui s’était passé en Syrie est complètement différent de ce qui s’était produit en Tunisie et en Egypte, évoquant dans ce sens l’ingérence étrangère, l’envoi des terroristes de l’extérieur et l’octroi des fonds pour provoquer le chaos en Syrie.

Quant aux revendications légitimes d’une partie importante du peuple syrien sur le changement et la réforme, le président al-Assad a fait savoir que cette partie n’avait pas agi au début de l’incitation, mais elle l’avait ultérieurement fait après des semaines et des mois en croyant que ce qui se déroule en Syrie était un pas vers la démocratie, « mais ces mêmes forces s’étaient rétractées et avaient laissé la rue aux mercenaires et ensuite aux terroristes et aux extrémistes », a-t-il précisé.

Le président al-Assad a évoqué les phases de la crise en Syrie à partir de l’incitation, en passant par l’octroi des fonds pour organiser des manifestations et l’entrée des hommes armés, jusqu’à l’affrontement avec al-Qaïda et ses branches, dont l’Etat Islamique en Irak et au Levant.

Le président al-Assad a indiqué que l’incitation avait commencé de l’extérieur, « La preuve était au début le refus de cette incitation au niveau intérieur », a-t-il souligné.

Répondant à une question sur la présence d’une vraie opposition syrienne ayant des positions nationales, le président al-Assad a dit :  » Les gens dans tous les pays du monde, même s’ils étaient petits, n’ont pas à l’unanimité la même position sur une politique donnée. C’est normale qu’il y ait de différents courants, mais l’opposition est un concept politique ; elle est une structure politique ayant une base populaire et un programme politique clair, l’opposition est une structure intérieure, mais pas des mercenaires de l’extérieur ; elle n’admet pas l’ingérence étrangère et ne porte point d’armes. Quand cette opposition porte d’armes, elle se mue en terrorisme ».

A la question de savoir si la Syrie est visée pour sa stratégie extérieure et ses positions bien connues, le président al-Assad a indiqué que la Syrie est depuis des décennies sous la pression et la menace.

A propos du climat propice en Syrie pour la présence des groupes extrémistes, ainsi que takfiristes, bien que la Syrie soit civile et laïque, le président al-Assad a assuré qu’en Syrie, il y a un climat laïc, » mais il ne s’agit pas de l’absence des foyers de l’extrémisme qui se trouve en Syrie depuis des décennies et qui a été ravivé rapidement après les incidents de 11 septembre », a-t-il précisé.

A la question de savoir si la Syrie avait traité directement avec les Etats-Unis, de même qu’avec des pays européens, dans la lutte contre l’extrémisme à l’époque des incidents de 11 septembre, le président al-Assad a répondu :  » En 1985, suite aux opérations terroristes exécutées par les Frères Musulmans en Syrie à la fin des années 70 et au début des années 80, on a avancé la question de l’alliance pour lutter contre le terrorisme, mais à l’époque, personne ne s’était intéressée à cette terminologie « .

Et le président al-Assad de poursuivre : « Nous avons traité avec la majorité des pays du monde quant à la lutte contre le terrorisme, y compris les Etats-Unis avec qui la collaboration a été élargie après les incidents de 11 septembre ».

Concernant l’appui direct et indirect des Etats-Unis aux groupes terroristes en Syrie, le président al-Assad a fait noter qu’on ne dispose pas de preuves sur l’appui direct à al-Qaïda. « Or, quand l’administration américaine assure une couverture politique au chaos et au terrorisme en Syrie, elle soutient directement le terrorisme. C’étaient les politiques des Etats-Unis et de l’Europe, que ce soit d’une manière prémédité ou pas, qui avaient contribué à l’afflux d’al-Qaïda en Syrie, « , a dit le président al-Assad.

A la question de savoir si la Syrie s’attache à des relations normales avec les Etats-Unis en cas du règlement de la crise en Syrie, le président al-Assad a indiqué que les Etats-Unis sont un pays de grande puissance et influent sur les événements dans le monde, soulignant qu’il est important de nouer avec les Etats-Unis des relations servant « nos propres intérêts ».

Quant au fait que le gouvernement syrien assume la responsabilité de la recrudescence du terrorisme et du takfirisme en Syrie, le président al-Assad a affirmé que la Syrie ne soutenait guère le terrorisme et qu’elle était toujours dans un état de guerre contre le terrorisme.

De même, le président al-Assad a fait savoir que la Syrie était uniquement un passage pour les terroristes depuis le Liban vers l’Irak et le vice-versa et avait œuvré toujours pour fermer ce passage via des opérations de renseignements.

« Après le début de la crise en Syrie, la situation sécuritaire en Syrie a changé, ce qui a poussé al-Qaïda à faire de la Syrie une cible pour al-Djihad », a-t-il souligné.

Et le président al-Assad d’ajouter : « Le terrorisme n’a rien à voir avec la résistance ; les terroristes dont je parle, en particulier al-Qaïda, n’avaient fait aucune opération contre les Américains en Irak ; leurs opérations avaient un aspect confessionnel dans ce pays

Le président al-Assad a évoqué les tentatives américaines de persuasion et d’intimidation, la 1ère était via la promesse des Etats-Unis, qui n’avait pas eu lieu, de lancer un processus de paix pour récupérer le Golan occupé, notamment après la participation de la Syrie à la guerre de la libération du Koweit, alors que la 2ème était via l’isolement et la sanction de la Syrie.

Répondant à une question sur le début de l’entrée d’armes en Syrie, le président al-Assad a fait noter que l’arme se trouve en Syrie après l’invasion de l’Irak, et peut-être avant, soulignant que l’usage de cette arme pendant la crise avait commencé dès le 1er jour, car nombre d’agents de police étaient tombés en martyr.

Le président al-Assad a ajouté que Qatar et la Turquie avaient soutenu les groupes terroristes dès le début de la crise, soulignant que l’appui du Qatar était en fonds, alors que celui de la Turquie était logistique.

Quant à l’implication de la Jordanie dans l’appui aux terroristes, le président al-Assad a indiqué que la Jordanie était au début loin de cet appui, mais elle était entrée en ligne depuis moins d’un an.

Faisant la différence entre l’opposition intérieure et celle extérieure, le président al-Assad a assuré que l’opposition nationale doit être intérieure et que la majorité de l’opposition extérieure sont les Frères Musulmans qui sont, selon nos concepts, un groupe terroriste.

Le président al-Assad a indiqué que l’expérience de la Syrie avec les Frères Musulmans était pleine de terrorisme depuis les années 50 jusqu’à présent, soulignant que la constitution syrienne n’autorise pas la formation des partis sous des bases ethniques ou religieuses qui nuisent à l’intérêt national.
نص المقابلة باللغة العربية على الرابط
http://sana.sy/ara/2/2013/10/21/508352.htm

5555hالتسائي

استقبل السيد الرئيس بشار الأسد أمس وفدا من الاتحاد النسائي الديمقراطي العالمي برئاسة مارسيا غامبوس رئيسة الاتحاد.
وتناول اللقاء الأحداث الجارية في سورية حيث أكد الرئيس الأسد أن ما تتعرض له المنطقة عموما وسورية خصوصا يستهدف استقلاليتها وسيادة قرارها إلا أن الشعب السوري وشعوب المنطقة قادرة على تجاوز هذه المرحلة الصعبة طالما أن لديها الإرادة والتصميم على الدفاع عن أرضها ومصالحها واستعادة أمنها واستقرارها.
http://sana.sy/ara/2/2013/10/22/508294.htm
FRENSH :
Le président al-Assad a indiqué que ce qu’affronte la région, notamment la Syrie, vise son indépendance et la souveraineté de sa décision, soulignant que le peuple syrien et les peuples de la région sont capables de surmonter cette phase tant qu’ils disposent de la fermeté et de la détermination à défendre leur terres et leurs intérêts et à récupérer leur sécurité et stabilité
http://sana.sy/fra/51/2013/10/21/508295.htm

هل سيعقد جنيف 2، متى، من سيحضر، ما شروطه، وما هي رؤية الرئيس الأسد للحل في سورية؟ وشروط دمشق على مهمة الإبراهيمي المقبلة؟

هذه النقاط وغيرها في هذا المقطع من مقابلة الرئيس الأسد مع قناة الميادين – 21 تشرين الأول 2013.

MAHA & Azouzi

A propos azouzi

"J'ai fait le premier pas et le plus pénible dans le labyrinthe obscur et fangeux de mes confessions. Ce n'est pas ce qui est criminel qui coûte le plus à dire, c'est ce qui est ridicule et honteux." Jean-Jacques Rousseau : Les confessions
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s