The Road to Geneva II : الطريق الى جينيف 2

Les terroristes s'entre- tuent

Les terroristes s’entre- tuent


Lavrov et Kerry: Le règlement de la crise en Syrie est politique.
Paris / Les deux ministres des affaires étrangères, russe, Serguei Lavrov, et américain John Kerry, ont affiché leur support à la tenue de la conférence internationale sur la Syrie de Genève II, et souligné la nécessité de déployer tout effort possible pour la faire réussir et le fait que le règlement de la crise en Syrie n’est que politique.
Dans une conférence de presse tenue conjointement avec Kerry et l’émissaire de l’Onu auprès de la Syrie, Lakhdar al-Ibrahimi, Lavrov a affirmé le soutien absolu de la Russie à la tenue de Genève II à sa date fixée, 22 janvier, ajoutant que cette conférence doit être consacrée à l’application de la déclaration de Genève I, émise en 2012.
« Nous ferons notre possible et nous adressons les signes nécessaires à toutes les parties sur l’importance de l’arrêt de la violence dans certaines zones et la nécessité de mettre au point un liste des prisonniers et de fournir les aides humanitaires aux zones bouclées et assiégées », a précisé Lavrov.
Il a souligné, à cet effet, que le gouvernement a exprimé sa disposition à fournir les assistances humanitaires et à assurer des passages sécurisés et qu’il attend des pas similaires de la part de l’opposition dans les zones assiégées par cette dernière.
« Il est nécessaire de s’accorder avec l’opposition, avec le soutien de la croix Rouge, les Etats-Unis et la Russie, sur l’octroi des aides humanitaires aux zones de la Ghouta Est et à certains faubourgs de Damas », a poursuivi Lavrov.
Il a rappelé, à cet effet, les décisions prises par le G8, qui incitent le gouvernement et l’opposition à joindre leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme qui règne en Syrie, faisant savoir qu’il a rencontré une délégation de la soi-disant « alliance opposante » pour lui exprimer sa préoccupation devant le terrorisme qui règne sur la Syrie.
Lavrov a affirmé, de même, l’importance de la participation de l’Iran et l’Arabie Saoudite à la conférence de Genève II.
Pour sa part, Kerry a souligné qu’il s’est mis d’accord avec son homologue russe sur la nécessité de déployer tout effort pour unifier les parties concernées à Genève et aller de l’avant dans le règlement de la crise en Syrie.
« Le règlement de la crise en Syrie doit être politique et non pas militaire », a-t-il précisé.
Il s’est étonné des séquelles de la crise humanitaire en Syrie, précisant qu’elles n’affectent pas seulement des millions de Syriens mais aussi les peuples des pays voisins, la Turquie, le Liban et la Jordanie, « ce qui aboutit à un désordre inacceptable », a-t-il dit.
Il a exprimé son souhait que la rencontre entre le gouvernement et l’opposition à Genève soit le début de la fin de la crise, affirmant que c’est au peuple syrien de décider de son avenir.
Kerry a fait noter que la souffrance du peuple syrien exige l’action avec une plus grande responsabilité vers la paix et la stabilité qu’aspire le peuple syrien.
Kerry a insisté, enfin, que la seule condition préalable pour la participation à Genève II est le support de Genève I.
Quant à Brahimi, il a assuré que le peuple syrien doit commencer la construction de la « nouvelle Syrie », soulignant que celui-ci exige de grandes aides de l’étranger et de certains pays, tels que les Etats-Unis, la Russie et le G5.
Il a souligné l’importance du rôle de l’Iran dans la région et de sa participation à une telle conférence.
Il a apprécié, enfin, les efforts déployés par la Russie, les Etats-Unis et autres pays pour assurer le meilleur climat de la tenue de Genève II.
Lavrov et Kerry ont tenu, avec la participation de l’émissaire onusien pour la Syrie Lakhdar Brahimi, à Paris des pourparlers dans le cadre des préparatifs de la tenue de la conférence internationale sur la Syrie Genève II.
Les pourparlers ont porté aussi sur la participation de l’Iran à ladite conférence.
Lavrov réitère la position de son pays appelant au lancement un dialogue intersyrien
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a réitéré la position de son pays qui appelle au lancement un dialogue intersyrien via la conférence internationale sur la Syrie Genèvre II, prévue le 22 de mois en cours.
Dans un communiqué publié aujourd’hui, le ministère russe des Affaires étrangères a affirmé qu’un appel urgent a été lancé au chef de la coalition de Doha, pour qu’il assume sa responsabilité et garantisse la participation de la coalition par une délégation, qui représente largement l’opposition, à Genève II, afin de parvenir à l’arrêt de la confrontation armée et unifier les Syriens dans la lutte contre le terrorisme.
D.H / L.A.
http://sana.sy/fra/55/2014/01/13/522036.htm
قناة سما الفضائية : النشرةالرئيسية 13-1-2014 الملف الخارجي

باريس || لافروف وكيري .. اجتماع تحضيري لجنيف 2

إيران – لبنان || الحل السياسي في سورية هو السبب لإنهاء الأزمة

Zarif: Genève 2 doit jeter les bases d’un règlement pacifique de la crise en Syrie.
Beyrouth / Le ministre iranien des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a souligné la nécessité que la conférence de Genève 2 jette les bases d’une solution pacifique de la crise en Syrie.
Dans une déclaration faite à Beyrouth au terme de sa rencontre avec le président libanais, Michel Souleymane, Zarif affirmé que c’est au peuple syrien de décider de l’avenir politique de son pays.
Il a fait noter que l’Iran poursuivra ses efforts pour rétablir la stabilité dans la région s’il a été invité ou non à la conférence de Genève 2.
De son côté, le président libanais a exprimé son espoir que la conférence de Genève 2 parviendra à une solution pacifique de la crise en Syrie.
Il a, de même, affirmé l’importance que le peuple syrien décide du sort de son pays.
http://sana.sy/fra/55/2014/01/13/522086.htm

Capture2

Préparer Genève 2, par Thierry Meyssan
Taille de police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Imprimer Add new comment
Préparer Genève 2, par Thierry Meyssan
IRIB-Les derniers jours d’une guerre sont toujours les plus meurtriers.
Les armées en déroute se vengent de leur défaite en commettant d’inutiles atrocités, comme on vient de le voir à Adra où les supplices infligés aux ouvriers loyalistes n’ont rien à envier à ceux commis lors du repli du IIIe Reich. Mais la situation est compliquée par la dislocation de ce qui restede la coalition internationale anti-syrienne, chaque ex-partenaire tentant de sauver ses intérêts sur le dos de ses anciens alliés.
À la veille de la Conférence de Genève 2, ce qui reste la coalition internationale anti-syrienne vole en éclats, tandis que les États qui ont suivi la Russie ou les États-Unis lors de leur retrait se positionnent pour la reconstruction.
La première question est celle de la représentativité de la délégation de « l’opposition syrienne ». Jusqu’ici il s’agissait de dire si elle émanerait de la Coalition nationale d’Istanbul et/ou de l’opposition nationaliste, intérieure et extérieure, qui s’était opposée à l’ingérence étrangère. Désormais, il faut aussi déterminer si la Coalition nationale représente les intérêts de l’Arabie saoudite, du Qatar ou de la Turquie.
Sur le terrain, les trois sponsors de la guerre se sont séparés et se livrent une bataille sans merci, sans plus même s’occuper de renverser le gouvernement qu’ils étaient venus combattre. Si l’on parle toujours de l’Armée syrienne libre, elle a disparu du terrain. Reste donc le Front islamique (constitué récemment par le prince Bandar ben Sultan), le Front Al-Nosra (toujours proche du Qatar) et l’Émirat islamique d’Irak et du Levant (ÉIIL, « Daesh » en arabe) dont la police et la justice turques viennent de montrer qu’il est illégalement financé par Recep Tayyip Erdoğan.
Dans un premier temps, l’ÉIIL (c’est-à-dire la Turquie, c’est-à-dire l’Otan) a attaqué le quartier général de l’Armée syrienne libre (ASL) et l’a pillé. Ses commandants ont alors fuit au Qatar et en Europe, mais le prince Bandar ben Sultan a récupéré certains éléments et a créé le Front islamique en leur adjoignant de nouveaux mercenaires. Puis, l’ÉIIL a reçu instruction de déplacer l’essentiel de ses forces en Irak où il a prit Ramadi et Falujjah. La nature ayant horreur du vide, toutes les autres forces, à commencer par l’Armée arabe syrienne, ont comblé l’espace libéré.
Pour la presse atlantiste et du Golfe, les « rebelles » se seraient alliés aux « loyalistes » contre les « jihadistes » et l’on assisterait à une « seconde révolution syrienne ». Cette description romantique a l’avantage de tourner la page de la « première révolution » sans que l’on se demande quel est son bilan. La réalité est qu’il n’y a pas eu de première révolution et qu’il n’y en aura pas une maintenant.
La presse occidentale ne semble pas non plus s’intéresser à savoir pourquoi Al-Qaeda, éternel supplétif de l’Otan, a reçu cette fois instruction de laisser le champ de bataille syrien pour l’Irak. Cette opération a trois avantages pour Washington : d’abord elle se terminera par le triomphe du président Nouri Al-Maliki et la stabilisation provisoire de l’Irak, ensuite elle va réduire le nombre de jihadistes qui vont connaître de très lourdes pertes face à une armée fraîche et suréquipée, enfin elle élimine un des acteurs qui ne pouvait pas décemment participer à Genève 2.
De la même manière, l’Otan a donné des informations à l’Armée libanaise sur le chef des Brigades Abdallah Azzam, Majed al-Majed. Arrêté lors de son transfert en ambulance de l’hôpital vers son quartier général, il devait officiellement mourir dix jours plus tard de ses blessures. Ila plus probablement été liquidé par les Saoudiens inquiets de ce qu’il aurait pu révéler.
Si tout avait fonctionné comme prévu, on devrait aujourd’hui se trouver avec uniquement le Front Al-Nosra sur le terrain, ce qui aurait réduit définitivement les prétentions de la Coalition nationale. Toutefois, l’entêtement de l’Arabie saoudite a fait surgir le Front islamique qui entend peser sur Genève 2.
Si Israël n’apparait pas dans l’explosion de la coalition anti-syrienne, c’est que, conformément à sa stratégie depuis dix ans, Tel-Aviv se cache derrière ses alliés —ici la France et l’Arabie saoudite—. L’administration Netanyahu ne sortant du bois que pour venir en aide aux Contras avec son aviation ou pour leur fournir une position de repli sur le Golan qu’il occupe illégalement. Malheureusement pour lui, il ne peut intervenir ces dernières semaines, les combats principaux se déroulant au nord de la Syrie.
Pendant ce temps, les délégations des États qui ont eu la prudence de se retirer du conflit ou qui ont soutenu la Syrie espèrent être remerciés à Genève 2. Ils sont une vingtaine à attendre des contrats de reconstruction financés par les organisations intergouvernementales.
D’ores et déjà, il est clair que l’Arabie saoudite et la France seront les grands perdants de Genève 2 : ils auront plus à payer qu’à recevoir. Le président François Hollande ne semble pas s’en inquiéter car il a rempli sa mission au service d’Israël et considère comme secondaires les conséquences pour son propre pays. Le roi Abdallah tente de son côté d’obtenir un lot de consolation au Liban. La majorité libanaise pourrait ainsi accepter la nomination d’un gouvernement minoritaire dont la seule fonction serait d’avaliser le don de 3 milliards de dollars d’armement français par l’Arabie saoudite. Puis, ce gouvernement serait renversé par le Parlement et le pays retournerait au marasme actuel.
La délégation gouvernementale syrienne aborde la conférence avec optimisme. Les forces de l’opposition armée sont en déroute depuis la disparition de l’ASL et le départ massif de l’ÉIIL. Damas semble plus préoccupé par inventer des colifichets qu’il pourra offrir à ses interlocuteurs pour masquer leur défaite et célébrer une victoire consensuelle de l’intérêt général. Il envisage donc de créer des ministères temporaires, chargés de gérer les relations avec les anciens ennemis devenus généreux donateurs, et de les confier à leurs anciens employés redevenus de bons citoyens. La Coalition nationale aurait ainsi acquis une compétence grâce à sa trahison passée.
Thierry Meyssan
Source
Al-Watan (Syrie)
http://french.irib.ir/analyses/articles/item/310252-pr%C3%A9parer-gen%C3%A8ve-2,-par-thierry-meyssan
التحضير لجنيف2
بقلم تييري ميسان
غالبا ما تتسم الأيام الأخيرة من الحرب بالأكثر دموية, حيث يلجأ الجيش المهزوم, من خلال الأخذ بالثأر لهزيمته, إلى ارتكاب فظائع لامبرر لها, تماما كما حصل مؤخرا في مدينة عدرا التي تعرض فيها السكان الموالون « للدولة » لتعذيب لايحسدهم عليه من شهدوا الفظاعات التي ارتكبت إبان سقوط الرايخ الثالث.

غير أن الوضع أكثر تعقيدا, والسبب في ذلك يعود إلى تفكك ماتبقى من تحالف دولي مناهض لسورية, بشكل دفع كل واحد من هؤلاء الحلفاء السابقين إلى البحث عن وسيلة ينقذ فيها مصالحه, من وراء ظهر حلفائه السابقين.

في الواقع فإن ماتبقى من التحالف الدولي المناهض لسورية عشية انعقاد مؤتمر جنيف 2 تفتت وتلاشى, بينما الدول التي لحقت بروسيا, أو حتى بالولايات المتحدة أثناء انسحابها, أخذت أماكنها في إعادة الاعمار.

السؤال الأول الذي لابد من طرحه يتعلق بالصفة التمثيلية لوفد « المعارضة السورية ».

مايتم تداوله حتى الآن, يدور حول ما اذا كان الوفد سيتشكل من ائتلاف اسطنبول, أم من المعارضة الوطنية التي رفضت التدخل الأجنبي, سواء منها معارضة الداخل أوالخارج.

صار لزاما من الآن تحديد فيما إذا كان « الائتلاف الوطني » يمثل مصالح السعودية, أم مصالح قطر, أم تركيا.

بات من الواضح على الأرض أن الرعاة الثلاثة للحرب على سورية قد انفصلوا عن بعضهم بعضا, لا بل راحوا يخوضون معارك بلا شفقة فيما بينهم, غير مكترثين البتة بقضية اسقاط الحكومة السورية التي تكاتفوا على محاربتها.

إذا كنا نتحدث هنا عن « الجيش السوري الحر » فنحن نتحدث عن شيء لاوجود له على الأرض. يبقى هناك إذن, الجبهة الاسلامية (التي شكلها مؤخرا الأمير بندر بن سلطان) وكذلك جبهة النصرة (الموالية دائما لقطر) وداعش, التي أظهرت الشرطة التركية وكذلك القضاء التركي أنها كانت تمول بشكل مخالف للقانون من قبل رجب طيب أردوغان.

في المرحلة الأولى, قامت داعش ( يعني بالوكالة عن تركيا, وتحديدا حلف ناتو) بمهاجمة مقر هيئة الجيش السوري الحر, ونهب محتوياته. الأمر الذي أدى إلى فرار قادته باتجاه قطر وأوروبا. غير أن الأمير بندر بن سلطان تمكن من استرداد بعض هذه العناصر وتشكيل الجبهة الاسلامية, بعد اضافة عناصر جدد من المرتزقة إلى هذا التشكيل الجديد. ثم تلقت داعش تعليمات بتحريك الجزء الأكبر من قواتها إلى العراق حيث استولت على الرمادي والفلوجة. وبما أن الطبيعة تكره الفراغ, فقد هرعت كل القوى, بدءا من قوات الجيش العربي السوري, إلى مليء الفراغ.

لايبدو أن الاعلام الغربي مهتم بمعرفة سبب تلقي تنظيم القاعدة, المكمل الأبدي لحلف شمال الأطلسي, الأوامر هذه المرة بمغادرة ميدان المعارك في سورية, والتوجه إلى العراق.

تحقق هذه العملية لواشنطن ثلاث مزايا في غاية الأهمية:

أولا, ستنتهي العملية بانتصار رئيس الوزراء نوري المالكي, والاستقرار المؤقت للعراق, ثانيا, سوف تؤدي إلى تقليص أعداد الجهاديين الذين سيتعرضون لخسائر فادحة في الأرواح في مواجهة جيش طازج ومجهز بشكل جيد. وثالثا, سوف تسمح هذه العملية بتصفية أحد اللاعبين الذي ليس من اللائق مشاركته في جنيف 2.

في غضون ذلك, تأمل وفود الدول التي امتلكت الحكمة في الوقت المناسب للانسحاب من النزاع, أو تلك التي كانت داعمة لسورية, أن يوجه لها الشكر في مؤتمر جنيف 2. وهم نحوا من عشرين دولة, ينتظرون عقودا بإعادة الاعمار التي سوف تمولها منظمات دولية غير حكومية.

سيلتحق الوفد الحكومي السوري بالمؤتمر بكل تفاؤل, بعد الهزيمة النكراء لقوى المعارضة المسلحة, لاسيما بعد زوال « الجيش السوري الحر » ومغادرة أعداد كبيرة من داعش للأراضي السورية.

تبدو دمشق الآن أكثر انشغالا باختراع زينة لحفلات تنكرية بغية توزيعها على محاوريها في المؤتمر, كي تساعدهم في وضعها كأقنعة تخفي هزيمتهم, ومن ثم الاحتفال بالانتصار الساحق للمصلحة العليا للبلاد.

تنوي دمشق بهذا الخصوص, انشاء وزارات مؤقتة, توكلها إلى موظفين سابقين عادوا وأصبحوا مواطنين صالحين, مكلفة بإدارة العلاقات مع الأعداء السابقين الذي أضحوا مانحين أسخياء.

وهكذا يكون الائتلاف الوطني قد اكتسب كفاءة جديدة بفضل خيانته الماضية.

تييري ميسان
ترجمة
سعيد هلال الشريفي
مصادر
سوريا
http://www.voltairenet.org/article181755.html
Mahasham & Azouzi

A propos azouzi

"J'ai fait le premier pas et le plus pénible dans le labyrinthe obscur et fangeux de mes confessions. Ce n'est pas ce qui est criminel qui coûte le plus à dire, c'est ce qui est ridicule et honteux." Jean-Jacques Rousseau : Les confessions
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour The Road to Geneva II : الطريق الى جينيف 2

  1. Ping : The Road to Geneva II : الط&#...

  2. libertarien dit :

    bonjour que pensez vous de la plateforme du parti libertarien de france qui a rapport avec vos idees ?
    libertarien http://skyzzor.blogspot.com

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s