Ayman al-Zawahiri , le Soutient inconditionnel de La coalition et les Etats Pro-Wahabites

Un jour le monde remerciera la Syrie d'avoir fait face aux terrorismes.

Un jour le monde remerciera la Syrie d’avoir fait face aux terrorismes.

« le Ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem :
La priorité de Damas est de combattre le terrorisme et non pas de négocier avec la CNS
« La priorité de Damas est de combattre le terrorisme
et non pas de négocier avec les groupes armés » a martelé, aujourd’hui, le Ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, qui se trouve en Suisse. n« La coalition ationale syrienne ne représente pas les opposants au gouvernement » a-t-il souligné encore. « La priorité, c’est de combattre le terrorisme. L’élimination du terrorisme peut être un coup d’envoi pour démarrer les processus politiques » a-t-il précisé. Ces déclarations interviennent alors que l’émissaire de l’ONU pour la Syrie, Lakhdar Brahimi dit vouloir rencontrer, séparément, en marge de la réunion de Genève II, avec les deux parties, c’est dire les représentants du gouvernement et de l’opposition. »
22 Jan 2014
Montreux /Le vice-président du conseil des ministres, ministres des affaires étrangères et des expatriés, président de la délégation syrienne officielle à la conférence internationale sur la Syrie, Genève II, Walid al-Mouallem, a souligné que c’est à lui et à la délégation officielle de transmettre à la conférence les douleurs de la partie durant trois ans passés et aussi les espoirs du peuple syrien pour les prochaines années.
« Aujourd’hui, C’est le moment de vérité, qu’on a voulu estomper via des campagnes de désinformation et de tromperie, et ce, que la délégation de la république arabe syrienne représente le peuple, le gouvernement, l’Etat, les établissements, l’armée et le président Bachar al-Assad », a dit al-Mouallem.
Il a regretté, à cette occasion, que des représentants des pays s’assoient aujourd’hui avec nous alors que leurs mains sont entachées du sang des Syriens.
« Des pays qui avaient exporté le terrorisme, ont commencé sans honte de nous donner des leçons dans la démocratie, le développement et le progrès, alors qu’ils se noient dans l’ignorance », a précisé al-Mouallem qui a ajouté que ceux-ci ont utilisé le pétrodollar pour acheter les armes, recruter les mercenaires et exploiter l’espace médiatique pour cacher la brutalité de ce qu’ils font sous le nom présumé « révolution syrienne qui répond aux aspirations du peuple syrien ».
« Comment un terroriste tchétchène, afghan, saoudien, turc, français ou britannique peut réaliser les aspirations du peuple syrien? », s’est demandé al-Mouallem qui a fait savoir que sous le nom de « la révolution syrienne grandiose » des vieillardes, des femmes et des enfants ont été tués, des rues et des établissements ont été détruits et des mosquées ont été bombardées.
Il a évoqué, à cette occasion, ce qui s’est passé dans la cité ouvrière de Adra où des étrangers sont entrés, et ont tué, pillé, massacré, violé et brûlé les gens vivants et jeté la responsabilité sur l’Etat et l’armée syrienne.
« Tout ce qui s’est passé n’aurait pas pu être réalisé sans le gouvernement d’Erdogan qui a fourni aux terroristes l’entraînement, les armes et l’accès à l’intérieur du pays », a assuré al-Mouallem.
Al-Mouallem s’en est pris à certains pays voisins qui ont embrasé le feu en Syrie et faire venir des terroristes de tout le monde, faisant noter que 83 nationalités combattent en Syrie sans aucune condamnation, dénonciation ou changement de positions, mais au contraire on continuait à le nommer avec impudence « Résolution syrienne glorieuse ».
Le chef de la délégation syrienne a affirmé, à cet effet, que la Syrie, en tant que pays indépendant, fera tout pour se défendre sans s’intéresser aux cris, aux déclarations et aux positions. « Toute décision était purement syrienne et elle la restera », a t-il martelé.
Passant à la situation humanitaire, al-Mouallem a invité les pays qui sont soucieux de cette question à lever les mains de la Syrie, à arrêter l’afflux de l’arme et le soutien des terroristes et à lever le blocus imposé au peuple syrien.
« Des Syriens qui se trouvent dans cette salle ont contribué à ce qui se passe en Syrie au détriment du sang du peuple syrien, qu’ils prétendent représenter », a estimé al-Mouallem qui a ajouté que ceux-ci se sont vendus à Israël pour devenir son œil et sa main de subversion.
« Ceux-ci se sont opposés à l’étranger, s’étaient réunis à l’étranger, ont trahi la Syrie à l’étranger et se sont vendus à l’étranger et ils parlent en même temps au nom du peuple syrien », a fustigé al-Mouallem, tout en affirmant que celui qui veut parler au nom du peuple syrien ne doit pas être traître ou agent de ses ennemis.
Al-Mouallem a rappelé que le gouvernement a ouvert la porte devant les journalistes, permis aux organisations internationales de secours d’entrer dans le pays, les ont protégé et ont facilité leur mission et élargi un grand nombre de détenus, même parmi les personnes armées.
« Qu’est ce que vous avez fait, vous qui parlez au nom du peuple syrien? Ou est votre vision de ce pays grandiose ? Ou est votre programme politique ou vos idées? Quels sont vos outils de changement, sino les groupes terroristes armés ?, s’est interrogé al-Mouallem qui a de poursuivre: « Est-ce que vous avez libéré les habitants des zones syriennes ou bien vous avez kidnappé leur culture modérée pour imposer vos pratiques répressives extrémistes? Avez-vous édifié des centres sanitaires et des écoles ou bien vous avez détruit les hôpitaux et permis au polio de retourner en Syrie? avez-vous protéger les antiquités et les musées de la Syrie, ou bien vous les aviez volées? »
Il a affirmé, à cet effet, que même l’opposition qui les a mandaté, les refusent et refusent leur façon de gérer.
Al-Mouallem a évoqué, à cette occasion, les agressions commises contre les lieux de culte chrétiens et musulmans pour obliger les chrétiens à quitter le pays, et fustigé leurs tentatives de semer les émeutes confessionnelles et religieuses.
Le chef de la diplomatie syrienne a affirmé la résolution du peuple à se tenir fermement, de l’armée à protéger les citoyens et de l’Etat à subsister, remerciant à cet effet, la Russie et la Chine qui ont respecté la souveraineté de la Syrie, ainsi que les pays de Brics, l’Iran, l’Irak et certains pays arabes, islamiques et de l’Afrique.
« Le peuple syrien aspire à davantage de liberté, de justice, de droits, de pluralisme et de démocratie, à une Syrie prospère, à un Etat forte des institutions et à une armée nationale forte capable de protéger la terre et les frontières », a assuré al-Mouallem.
Passant à l’Occident, al-Mouallem a assuré que l’Occident soutient avec certains Arabes l’acheminement des armes à al-Qaïda, donc ils prétendent la lutte contre le terrorisme au moment ou il l’alimente clandestinement. « Celui qui ne voit cette réalité ou bien il est aveugle ou bien il veut continuer ce qu’il faisait », a estimé al-Mouallem.
« Nous sommes venus ici, malgré ce que beaucoup de participants avait fait, pour sauver la Syrie, protéger l’Etat civile, empêcher l’écroulement du Moyen-Orient, ainsi que pour le dialogue entre les civilisations, l’Islam tolérant qui a été la cible de la déformation, pour dire aux syriens à l’étranger « revenez à la patrie », et pour arrêter le terrorisme », a éclairci al-Mouallem.
« Nous avons dit et nous le disons encore, Le dialogue entre les Syriens est la solution et nous continuerons à frapper le terrorisme qui a touché tous les Syriens quel que soient leurs appartenances politiques, a précisé al-Mouallem qui a averti: « Tant que le soutien au terrorisme continue cette conférence ne réussira pas ».
Faisant savoir que tout accord conclu à Montreux sera soumis au référendum populaire, al-Mouallem s’est adressé à Kerry: « Personne dans le monde, M. Kerry, n’a le droit de donner la légitimité ou de la lever d’un président, d’un gouvernement ou d’une constitution que les Syriens eux-mêmes ».
Il a invité les pays participant à coopérer pour lutter contre le terrorisme, arrêter l’idéologue obscurantiste et s’unifié pour reconstruire la Syrie.
« Ou bien nous prenons une décision décisive de lutter contre le terrorisme et l’extrémisme et entamer un processus politique ou bien certains de vous poursuivront le soutien au terrorisme en Syrie, qui s’étendra pour brûler tout le monde », a-t-il conclu. L.A

Mouallem: Vous vivez à New York et moi je vis en Syrie, j’ai le droit de donner la version syrienne
Publiée le 22 janv. 2014
Le discours du chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem a été l’occasion d’une vive passe d’armes entre le secrétaire général de l’ONU et le ministre syrien des Affaires étrangères.

Le responsable syrien avait dix minutes de temps de parole. Mais après 20 minutes de discours, Ban Ki-moon s’est décidé à l’interrompre en lui demandant de conclure.

« Vous vivez à New York et moi je vis en Syrie, j’ai le droit de donner la version syrienne ici devant ce forum », a lancé Walid Mouallem au patron des Nations unies

Climat tendu entre les deux délégations syriennes à Montreux

-La presse libanaise, régionale et internationale a consacré ses manchettes principales à la conférence de paix sur la Syrie,
qui s’est ouverte mercredi à Montreux, en Suisse.
Au-delà de la dimension purement factuelle, la plupart des journaux et des médias ont souligné le profond fossé qui sépare la délégation officielle, conduite par le ministre des Affaires étrangères, Walid Moallem, et celle de la Coalition nationale syrienne, dirigée par Ahmad al-Jarba. Pour M. Moallem, la priorité du gouvernement et de l’Etat est de combattre le terrorisme. Et à ceux qui ont déclaré que le président syrien n’a pas de rôle dans la période transitoire, le ministre de l’Information s’est chargé de leur rappeler les «lignes rouges». Lors d’une visite inopinée au centre de presse, ou des dizaines de journalistes se sont rassemblés autour de lui, Omrane al-Zohbi a martelé qu’«il n’est pas question que le président Assad abandonne le pouvoir».
La presse a souligné que Walid Moallem a ravi la vedette à un Ahmad al-Jarba peu habitué aux tribunes internationales et aux exercices de diplomatie. Après la modeste prestation du chef de la CNS, des informations ont circulé dans les coulisses de Montreux sur le fait que la délégation de l’opposition chargée des négociations pourrait ne pas être conduite par al-Jarba mais par une autre personnalité. Une rumeur que n’a pas démentie un membre de la CNS, Anas Al-Abdi, lors d’une interview accordée à la chaine de télévision panarabe al-Mayadeen.
Dans ce contexte, la presse fait état d’un climat tendu entre les deux délégations après les discours d’inauguration, qui pourrait provoquer le report des négociations qui doivent commencer demain vendredi et se poursuivre jusqu’au 31 janvier.
L’envoyé spécial du quotidien As Safir à Montreux, Mohammad Ballout, fait état d’un «pessimisme qui reflète la force du choc provoqué par le fossé existant au niveau des visions des deux délégations au sujet des négociations et de leur objectif».
L’émissaire international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, complètement dépassé par la situation, serait «à cours d’idées» pour tenter d’éviter l’échec de la conférence avant même le début des négociations.
Pour surmonter les tensions, M. Brahimi pourrait proposer des négociations indirectes, c’est-à-dire qu’il se chargerait de faire l’intermédiaire et la navette entre les deux délégations pour éviter qu’elles ne se retrouvent face à face. Surtout que les joutes verbales se sont poursuivies ce jeudi après d’un membre de la délégation de la CNS eut qualifié la délégation gouvernementale de «mafia».
Conscient de l’ampleur des difficultés, les Russes et les Américains vont laisser sur place des équipes de diplomates et d’experts avec pour mission d’aider Brahimi dans sa difficile tâche. A ce sujet, le quotidien russe Nezavissimaïa gazeta écrit que «les premières heures de la réunion ont déjà montré que les acteurs du conflit syrien auront beaucoup de mal à trouver un terrain d’entente quand ils se retrouveront en tête-à-tête de l’autre côté du lac de Genève, au Palais des Nations.»
«Les discussions directes entre les deux parties pourraient déboucher vers un cessez-le-feu. Il y a pourtant de grandes chances que les succès de la conférence internationale s’arrêtent là», poursuit le journal.
Les chances de succès de la conférence de Genève 2 sont d’autant plus amoindries que l’un des principaux acteurs au Moyen-Orient, l’Iran, a été exclu.
Dans ce contexte, le président iranien Hassan Rohani a déclaré jeudi à Davos que la «meilleure solution» pour la Syrie était «d’organiser des élections libres et démocratiques» dans le pays, sans ingérences extérieures. «Aucun parti ou puissance extérieurs ne devrait décider à la place du peuple syrien et de la Syrie en tant que pays», a dit-il dit.
Mediarama

Syrie, Genève 2 : entretien avec Bassam Tahhan
Le Cercle des Volontaires est allé à la rencontrer de Bassam Tahhan pour évoquer les enjeux de la conférence de paix pour la Syrie, dite de « Genève 2 ».

le président iranien M. Hassan Rohani , a déclaré :
La guerre et l’effusion de sang en Syrie doit prendre fin
avant d’affirmer que l’Iran n’accepte aucune discrimination contre son programme nucléaire. « Nous avons accepté sans aucune exception tous les règlements internationaux en matière de la technologie nucléaire. Aujourd’hui, plus de 40 pays sont en train d’enrichir l’uranium », a indiqué Rohani, devant la presse, en marge du Forum économique mondial de Davos, a-t-on appris de Farsnews. Dans ce domaine l’Iran n’accepte aucune discrimination tandis qu’il accepte et applique tous les règlements internationaux et la supervision de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), a-t-il indiqué. « La Syrie est aux prises avec une grande catastrophe. Le peuple innocent subit les plus grands dommages. Des milliers de personnes de ce pays ont été tuées ou blessées tandis que certains d’autres sont déplacés. L’hiver est très froide et les déplacés vivement dans des conditions déplorables » a déploré Rohani avant de poursuivre : « nous regrettons la présence des groupes terroristes venus en Syrie des pays de la région voire du continent africain ». « Le rassemblement de ces groupes terroristes qui massacrent impitoyablement le peuple syrien et qui s’entretuent parfois est regrettable. L’Iran est d’avis que nous devons tous conjuguer nos efforts pour mettre fin à l’effusion de sang en Syrie et d’en expulser les terroristes. Nous devons également conseillé aux protecteurs des terroristes que leur soutien à ces groupes n’est pas dans leur intérêt », a-t-il fait remarquer. « Nous devons préparer le terrain à ce que les opposants se mettent à la table des négociations avec le gouvernement. La solution finale est la tenue d’une élection libre en Syrie. Ce qu’élira le peuple sera respecté par nous tous tandis qu’aucune puissance ni aucun gouvernement ne pourra pas décider du sort du peuple syrien », a affirmé dans une autre partie de son discours. « Nous devons tous aider le peuple. Actuellement, nous envoyons de multiples aides humanitaires dont des médicaments et des denrées alimentaires pour le peuple syrien. Tout le monde doit favoriser le terrain à la tenue d’une élection libre dans ce pays. La vote du peuple doit être respecté par tout le monde » a-t-il poursuivi. Qu’est-ce que vous entendez par « tous les pays », c’est la question à laquelle a répondu Rohani en ces termes : « Tous les pays que la RII reconnait en tant que pays à l’Est, à l’Ouest, au Nord et au Sud sans aucune exception. Par le passé nous entretenions des relations hostiles avec certains pays mais actuellement nous aspirons à une meilleure avenir et nous souhaitons entretenir de bonnes relations avec tous les pays ». An réponse à une question posée sur laquelle insistait l’animateur de cette conférence Rohani s’est exprimé en ces termes : « L’Iran souhaite entretenir des relations constructives avec tous les pays qu’il reconnait ».
http://french.irib.ir/analyses/commentaires/item/311607-la-guerre-et-l-effusion-de-sang-en-syrie-doit-prendre-fin-rohani

Entretien spécial du président iranien Hassan Rohani au sujet de la Syrie. 22/01/2014
S’exprimant en marge du Forum de Davos sur les antennes de la RTS mercredi, le président iranien Hassan Rohani a, outre la Syrie, évoqué la possible détente des relations avec les Etats-Unis.
Après avoir été exclu de la liste des invités à la conférence Genève 2 sur la Syrie qui s’est ouverte à Montreux (VD), le président iranien Hassan Rohani est néanmoins arrivé en Suisse mercredi, mais pour participer au 44e Forum économique mondial de Davos.
Dans un entretien accordé à la RTS, Hassan Rohani a abordé le dossier syrien, indiquant que « personne ne pouvait s’ériger en juge » et que ce n’était pas à l’Américain John Kerry, mais aux Syriens de décider de leur avenir.
Le président iranien a en outre également évoqué les relations de l’Iran avec les Etats-Unis. A cet égard Hassan Rohani a donné un signal de détente en affirmant que « la réouverture d’une ambassade américaine à Téhéran n’est pas impossible ».
RTS, 22/01/2014


La déclaration attribuée à Ayman al Zawahiri, le chef d’Al Qaida.
Il appelle à l’unité contre Assad et dit aussi (2mn) « l’unité de vos rangs doit être une structure solide (al bounian al marsous, une référence coranique) contre l’agression de votre ennemi sectaire et laïque soutenu par les Safavides (les chiites, l’Iran), la Russie, la Chine » ect… Sans oublier les croisés.
Appel urgent à notre peuple en syrie, le cheikh Ayman al Zawahiri
نداء عاجل لأهلنا في الشام … للشيخ / أيمن الظواهري

Mahasham & Azouzi

A propos azouzi

"J'ai fait le premier pas et le plus pénible dans le labyrinthe obscur et fangeux de mes confessions. Ce n'est pas ce qui est criminel qui coûte le plus à dire, c'est ce qui est ridicule et honteux." Jean-Jacques Rousseau : Les confessions
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ayman al-Zawahiri , le Soutient inconditionnel de La coalition et les Etats Pro-Wahabites

  1. Ping : Ayman al-Zawahiri , le Soutient inconditionnel ...

  2. Compliment, c est un regale de vous suivre

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s