La Syrie : est devenue Les priorités d’Israël et de l’Arabie Saoudite et une carrière de travail pour les Terroristes Européen ( سوريا ومثلث برمودا الارهابي (اسرائيل – السعودية – اوروبا

 

2british-jkihadist

بريطانيا – ارهابي بريطاني يعتبر الارهاب في سورية مهنة
British Jihadist sparks extremism fear: ‘Being a terrorist is a career, it’s life’
The Muslim militant posted a chilling video on YouTube to appeal to the hundreds of British radicals flooding in to the battle-scarred country.
His rant has heightened fears home-grown terrorists will wage war in the UK because life in Syria is too hard.
The clip, posted under the name of Abu Bakr, shows the balaclava-clad man kneeling in front of a 4×4 adorned with flags.
In a strong London accent, he says: “You don’t just come here, put on a tactical vest, pick up a Kalashnikov, grow a big beard and that’s it.
“This is a career, it’s life. It’s not just something you can put on Instagram or Facebook.

Abu Bakr, on YouTube
“It is not as easy as putting up your feet on the couch after a hard day’s work on the corner.
“This is practically the Muslim man’s job and career, to fight for the sake of Allah. This is trials and tribulations.”
As extremist songs ring out, he denies fighters in Syria are living “five-star jihad” in deserted villas.
He adds: “It is not easy to come and stand in front of a tank while it launches at you. It is not easy to raise this simple piece of metal and pull the trigger.”
The man is in a faction of UK fighters which is thought to be headed by two Londoners
http://www.dailystar.co.uk/…/British-Jihadist-sparks…
A 19-year-old Briton who travelled to Syria with a suspected jihadist who was later killed in a gunfight with the Syrian army, has gone missing his family say………………..
http://www.dailystar.co.uk/news/latest-news/366121/British-Jihadist-sparks-extremism-fear-Being-a-terrorist-is-a-career-it-s-life

غلوبال ريسيرتش : التحالف السعودي الإسرائيلي مستمر لتدمير سورية
Les priorités d’Israël et de l’Arabie Saoudite en Syrie. Covert militarisme et la «Stratégie libanisation »
Les développements en cours à l’intérieur et à l’extérieur de la Syrie ont montré que les principaux commanditaires de l’insurrection extrémiste dominé – à savoir, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Koweït, Israël et la Turquie – ne sont pas tout à fait prêt à jeter l’éponge.
On peut être pardonné de penser que l’administration Obama adécidé d’abandonner la politique de changement de régime après la tentative avortée de susciter l’intervention, à travers le armes chimiques casus belli en Août. Mais la dure réalité reste que l’alliance mentionné ci-dessus est en fait continue son soutien militaire secrète de l’insurrection, sous une forme ou une autre, dans la pleine connaissance de la grande majorité des rebelles sont des fondamentalistes religieux avec un programme sectaire, et farouchement opposé à toute forme de la démocratie ou le pluralisme politique.
Principalement, le soutien continu est un produit de la stratégie globale de l’Empire américain deFull Spectrum Dominance sur les régions riches en ressources et stratégiquement placé du globe, par la subversion, de l’agression militaire et économique, une politique imposée à des degrés divers sur un état ne veut pas accepter la pleine subordination des États-Unis. Cette attitude agressive américaine n’est nullement exclusif à des périodes de tension ou de crise accrue, il est permanent, présenté à son paroxysme violent purement par opportunisme machiavélique. Dans le cas de la Syrie, les révoltes arabes ont fourni les Etats-Unis et ses alliés l’ouverture parfaite de mettre en œuvre les plans subversifs qu’ils avaient travaillé depuis au moins 2006. La possibilité de retirer un gouvernement adverse qui refuse de se conformer à diktat américain / israélien était tout simplement trop bonne chance d’être manquée. En conséquence, et à partir d’un stade très précoce, les États-Unis a fait des tentatives pour faciliter et appuyer les éléments violents en Syrie, tandis que ses bras médias étaient occupés à les confondant avec les manifestants légitimes localisées.
Depuis les États-Unis a pris la décision généralement irresponsable de soutenir, élargir et d’exacerber les éléments militants, la politique a été un échec lamentable. De toute évidence, le ton adoptée par les diplomates et les propagandistes occidentaux, et le slogan souvent répété de «les jours d’Assad sont comptés», ils devraient changement de régime rapide. Ces désirs ont été en grande partie fondées sur l’orgueil américain et l’espoir que le scénario Libye No Fly Zone gagnerait du terrain sur le conseil de sécurité de l’ONU.
Contrairement à ces désirs, la Russie et la colère de la Chine en ce qui concerne la destruction de l’OTAN de la Libye et l’assassinat de Kadhafi, signifiait que les résolutions analogues invoqués sur la Syrie seraient confrontés veto immédiat. En retour, cela s’est avéré être un tournant dans la relation moderne entre les membres permanents du Conseil de sécurité de rotation, toutes les ramifications de ce qui sont encore à se matérialiser. En outre, il s’est avéré être un tournant dans la crise syrienne se tournant, sachant Russie et la Chine de bloquer toute tentative de donner l’OTAN sa deuxième sortie comme armée de l’air d’Al-Qaïda, les États-Unis a choisi une fois de plus la politique de la poursuite militarisme secrète, ce qui augmente considérablement les fonds et livraisons d’armes aux rebelles – parallèlement aux campagnes d’incitation sectaires défendues par des clercs salafistes-wahhabites dans le Golfe – dans l’espoir qu’ils pourraient renverser l’armée syrienne par le terrorisme et une guerre sectaire brutale de l’attrition.
En conséquence de l’échec de supprimer Assad ou détruire le gouvernement syrien et de son appareil, l’administration Obama, réticents et politiquement incapable de se livrer à des actes manifestes d’agression, est employant une stratégie de realpolitik, en utilisant le militarisme principalement secrète pour apaiser les désirs des néoconservateurs faucons du Congrès, et ses influences régionales les plus zélés émanant de Riyad et Tel-Aviv, tout en évitant la possibilité d’être entraînés dans une nouvelle intervention militaire ouverte.
À son tour, cette stratégie à double tranchant alimente la perception fausse du public de l’empire américain, qui les pseudo-pragmatiques et propagandistes néolibéraux sont si désireux de défendre et est si fondamentale pour le renforcement Empire américain, que d’une force intrinsèquement altruiste, agissant en tant que arbitre mondial, subversion à contrecoeur, envahissant, bombardements, et intervenir dans les affaires de nations souveraines pour le bien de toute l’humanité. Tant que cette fausse perception est confirmée, la forte pointe à la mascarade grotesque de la realpolitik US – que du militarisme secrète et le terrorisme d’Etat – se poursuit sans relâche. De toute évidence, l’empire américain n’est pas pressé de mettre fin à l’effusion de sang en Syrie, ses priorités, comme ils l’ont été depuis le début de 2011, sont à supprimer, ou tout au moins fortement de désactiver et d’affaiblir le gouvernement syrien et l’État, quelles que soient les conséquences à la population civile.
En utilisant son contrôle de l’état-financement, le flux des armes, et donc la force et les capacités de l’insurrection dans son ensemble, l’administration Obama a utilisé la carotte et le bâton tactiques futiles dans les tentatives de faire pression sur le gouvernement syrien au cours de la phase des négociations en cours en adhérant à la demande des États-Unis et d’abandonner sa souveraineté – à la fois l’alliance américano-conduit, et la Syrie et ses alliés internationaux, principalement la Russie et l’Iran, en pleine connaissance des rebelles manquent à la fois le soutien interne, et la main-d’oeuvre nécessaire, pour évincer Assad ou la défaite l’armée syrienne seul. De récents rapports font allusion à la clé de la démocratie américaine ayant la plus récente sortie sous la forme de »nouvelles » et amélioration de l’approvisionnement d’armes aux rebelles, parmi lesquels se serait MANPADS. Cela vient immédiatement à l’arrière de la Genève des pourparlers de «paix» conçu pour faire faillite et peut être interprété comme une conséquence directe de l’échec de Washington de faire respecter leurs objectifs: le bâton est une source inépuisable de terrorisme d’État, la carotte esten train de le robinet.
Que les «nouveaux» les livraisons d’armes augmentent en fait la capacité des rebelles à infliger des dégâts sur le gouvernement syrien reste à voir, et il est hautement improbable à ce stade que l’armée syrienne se déplace dans les montagnes Qalamoun à libérer la ville tenue par les rebelles de Yabroud, à son tour assurer le transit vital et itinéraires logistiques du Liban. Le résultat probable d’un accroissement de bras s’écouler vers les rebelles dans le sud, comme en témoigne à chaque intervalle de militarisation États-Unis incité à commettre, sera une répétition des mêmes résultats dévastateurs: déplacement plus civile, en ajoutant à la crise des réfugiés déjà critique; plus rebelle destruction des infrastructures civiles, en ajoutant à d’autres pénuries alimentaires et des services publics, et beaucoup plus de vies perdues.
« Libanisation » un substitut pour un changement de régime?
Comme s’avère être le cas, si les Etats-Unis et ses alliés sont incapables d’éliminer le gouvernement syrien par les forces de proxy sans une intervention militaire occidentale en plus impopulaire, et la position d’Assad et le soutien interne rester ferme, puis une stratégie libanisationpourrait bien être le substitut « scénario optimal » les Etats-Unis et ses alliés travaillent maintenant à.
Encourager, exacerbant, et l’incitation à la division entre Arabes a été la stratégie à long terme pour l’establishment sioniste depuis les colonialistes première usurpé la terre palestinienne en 1948 – avec un effort spécifique faite vers fomenter des troubles le long des lignes sectaires. La stratégie de la division est dirigée vers un Etat arabe ou gouvernement qui refuse de se conformer à des exigences sionistes. Désormais tristement célèbre de stratège israélien Oded Yinon « Une stratégie pour Israël dans les années 1980 » – surnommé le plan Yinon – fournit peut-être la plus claire en compte les intentions d’Israël envers ses voisins arabes:
La désintégration totale du Liban en cinq gouvernements locaux, régionaux, est un précédent pour l’ensemble du monde arabe … La dissolution de la Syrie, puis en Irak, dans les districts de minorités ethniques et religieuses suit l’exemple du Liban est l’objectif principal à long rayon d’Israël sur l’Est avant. L’affaiblissement militaire actuelle de ces états est l’objectif à court terme. Syrie va se désintégrer en plusieurs Etats le long des lignes de sa structure ethnique et religieuse … En conséquence, il y aura un état chiite alaouite, le quartier d’Alep sera un État sunnite, et le quartier de Damas un autre Etat qui est hostile à la partie nord. Les Druzes – même ceux du Golan – devrait forma état dans le Hauran et dans le nord de la Jordanie … riche en pétrole mais très divisé et à l’intérieur des conflits en proie Irak est certainement un candidat pour combler les objectifs d’Israël … Chaque type de confrontation inter-arabe … seront accélérer la réalisation de l’objectif suprême, à savoir briser l’Irak en éléments tels que la Syrie et le Liban.
Vu dans ce contexte, il peut être pas une coïncidence que la secrétaire d’État des États-Unis John Kerry est désespérément poursuit un fait accompli avec l’Autorité palestinienne (AP).
Contrairement à la représentation médiatique écœurante des États-Unis en tant que médiateur de la paix impartiale, l’empressement de Kerry à poursuivre un « deal » en ce moment dans le temps est une conséquence directe du conflit syrien, et les divisions au sein du camp de la résistance qu’il a créé. Les États-Unis et Israël essaient maintenant de faire passer en force un « accord de paix » israélo-orienté avec l’Autorité palestinienne corrompue qui vont inévitablement être à la fois un échec, et contre les intérêts des Palestiniens. Fidèles alliés de la résistance palestinienne, actuellement enlisées lutte contre les idéologues d’Al-Qaïda en Syrie et à désamorcer la voiture piégée à destination de Dahiyeh, sont pas en mesure de soutenir les Palestiniens contre Israël dans leur heure de besoin, les États-Unis et Israël à saisir pleinement l’importance de l’isolement véritable résistance palestinienne à partir des quelques États et des acteurs arabes, il reçoit l’appui. Dans son dernier discours, le secrétaire général du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah a rappelé à ses auditeurs de cette question cruciale:
« L’administration américaine est à la recherche, ainsi que l’administration sioniste à mettre fin à la cause palestinienne, et il considère que c’est le meilleur moment pour que, parce que les mondes arabe et islamique sont absents aujourd’hui, et chaque pays est occupé avec sa propre problèmes. « 
De la même façon, les États-Unis a utilisé le conflit syrien comme un levier contre l’Iran dans les négociations nucléaires, les tentatives de longue date de Washington pour pacifier et subordonner un Iran indépendant a sans aucun doute joué un rôle majeur dans la politique américaine sur la Syrie – peut-être le rôle déterminant. Par conséquent, les deux conflits palestiniens et iraniens avec Israël et les États-Unis sont maintenant, comme ils l’ont toujours été destiné à une certaine mesure dans les calculs américains, inextricablement liée à la résolution de la crise syrienne.
Fidèle à son habitude, joie évidente d’Israël à la destruction de la Syrie et de la préférence manifeste pour l’élimination de Assad et le gouvernement syrien, à la dévastation qui entraînerait, s’est avérée parfois difficile pour eux de cacher . Favoriser le point, juste l’un des nombreux exemples de collusion israélo-rebelles sont venus dans un récent rapport de la National (dépeindre faussement rebelles Israël est « tendre la main » comme soi-disant «modérés») qui relayés que des centaines de rebelles ont reçu un traitement en les hôpitaux israéliens et été renvoyé en Syrie avec un maximum de 1000 $ en argent comptant. Israël a déployé des efforts supplémentaires pour consolider les contacts avec les rebelles dans le sud, quel que soit le niveau de l’intégrisme, et coopéré avec les factions rebelles pendant les bombardements israéliens sur Lattaquié et Damas.
Dans une faible tentative de blanchir cette collusion, les propagandistes israéliens sont occupés à répandre la désinformation qu’Israël facilite la communauté druze dans le sud de la Syrie, et pourtant la communauté druze sont fermement alliés avec le gouvernement syrien . En réalité, les tentatives israéliennes pour cultiver les relations avec les communautés et les rebelles dans le sud doivent être correctement considérés comme des tentatives de créer forcées « safe-zones » dans le plateau du Golan occupé, dans la poursuite des sionistes aspirations expansionnistes accaparement de terres. Par conséquent, la neutralité frauduleuse d’Israël est complètement exposé par leur collusion avec les rebelles pour répondre à leurs propres intérêts, et des actes manifestes d’agression contre l’armée syrienne.
Il ya beaucoup d’autres indications qui font allusion à des factions importantes de l’alliance des États-Unis étant préférable de, et en encourageant le résultat de la division, notamment Israël, mais la simple logique détermine que l’Arabie saoudite, la plus vitale partenaire stratégique d’Israël dans la région, et l’acteur de sein de l’alliance des États-Unis qui possède le plus d’influence matière et la volonté politique de soutenir les fondamentalistes et le terrorisme, serait également approuver de la désintégration de l’Etat syrien, surtout considérant comme un coup porté à «l’expansion chiite ». La fixation Arabie et du Golfe sur des thèmes sectaires, pour masquer ce sont les conflits orientés essentiellement politique, est également volontairement construit pour intensifier la stratégie de la division dans les sociétés multi-ethniques, religieux pluriel – comme en témoigne dans pratiquement tous les pays du Golfe procurations fondamentalistes ont été lâché sur , le plus récemment en Libye.
Pourtant, même l’Arabie allons avoir des limites à leurs propres capacités et des décisions, finalement, ils compter sur la générosité militaire et la protection des États-Unis, et seront donc régner dans les réseaux terroristes si les choses se gâtent. Ainsi, les récentes tentatives saoudiennes à dissocier d’Al-Qaïda et les extrémistes des différents bords se battent en Syrie peuvent être considérés comme largement cosmétique et pour la consommation publique. En réalité, les dirigeants saoudiens voir Al-Qaïda et ses confrères extrémistes comme mandataires malléables aucune menace réelle pour eux-mêmes, tout en constituant un élément essentiel de la politique étrangère saoudienne et agression secrète.
Importance de loin supérieur à la fois Israël et les intérêts confluents de l’Arabie saoudite dans la région, qui à son tour joue un rôle essentiel dans les calculs des États-Unis, sont les états très procurations fondamentalistes sont actuellement parrainés pour faire la guerre sur, à savoir l’Iran, la Syrie, et Hezbollah. La désintégration de l’axe de la résistance est la plus grande priorité pour les Etats qui déterminent la politique américaine au Moyen-East, la «menace» supposée face par des idéologues fondamentalistes militants, créé à l’origine, et par intermittence parrainé par les États-Unis et ses alliés, est seulement après coup.
L’empire américain, dans ses efforts pour contenir, et donc dominer et contrôler une région stratégique et riche en ressources, est plus de contenu pour permettre à ses clients réactionnaires et sectaires pour inciter le conflit nécessaire de renverser, fracture et diviser la puissance inévitable une unifiée Moyen-Orient pourrait prétendre: si seulement leurs aspirations progressistes et l’unité n’ont pas été à plusieurs reprises « en retrait » par l’occupation sioniste et l’antagonisme fabriqué.
Phil Greaves est un écrivain britannique basée sur UK / US Foreign Policy, en mettant l’accent sur le monde arabe, après la Seconde Guerre mondiale. http://notthemsmdotcom.wordpress.com/
http://www.globalresearch.ca/israel-and-saudi-arabias-priorities-in-syria-covert-militarism-and-the-lebanonization-strategy/5369324

Azouzi & Mahasham

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La Syrie : est devenue Les priorités d’Israël et de l’Arabie Saoudite et une carrière de travail pour les Terroristes Européen ( سوريا ومثلث برمودا الارهابي (اسرائيل – السعودية – اوروبا

  1. Ping : La Syrie : est devenue Les priorités d'I...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s