Jaafari : Les accusations de Pillay sur les violations des droits de l’Homme sont infondées / Al-Jaafari: UN High Commissioner for Human Rights “biased »

20140401-212301_h536643

ARABIC LINK : http://wp.me/p3N3jE-5O

New York / Le délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies, Dr Bachar Jaafari, a qualifié d' »infondées » les accusations lancées par Navi Pillay, haute commissaire des droits de l’Homme, au gouvernement syrien d’avoir violé les droits de l’Homme.
« Pillay n’a pas visité la Syrie durant trois années de crise et n’a donné aucune importance aux informations que le gouvernement syrien lui avait fourni, mais elle avait entendu seulement les rapports venant des camps de déplacés où certains éléments armés se trouvent », a dit Jaafari lors d’une conférence de presse tenue après le briefing donné par Pillay devant membres du Conseil de sécurité et à sa conférence de presse abordant les événements en Syrie.
Jaafari a critiqué la partialité de Pillay envers les événements en Syrie, faisant savoir qu’elle fait partie de l’orchestre conduit par des membres influents au Conseil pour apporter des accusations contre le gouvernement syrien.
« Les membres influents au Conseil de sécurité veulent que Pillay fasse partie de la pression politique au sein dudit conseil », a indiqué Jaafari qui a d’ajouter : « Pillay n’a pas abordé la question des groupes takfiristes, et son briefing n’a pas évoqué les massacres commis par des milliers de takfiristes contre les civils, ni les attaques des groupes terroristes armés venant des territoires turcs contre Kassab et ses habitants, dont la plupart étaient des Arméniens ».
Jaafari a signalé que Pillay devrait mettre en exergue ces actes ayant trait à la situation dans la région, précisant qu’elle n’a pas fait allusion à la cause derrière l’escalade militaire dangereuse et n’a mentionné aucun rôle du gouvernement turc ni son implication dans ces attaques terroristes contre Kassab et les autres zones.
« La mission de Pillay n’est que contribuer aux manipulations exécutées par certains pays au Conseil contre la Syrie pour dresser le chemin devant la prise d’une résolution sur le transfert du gouvernement syrien à la Cour Pénale Internationale », a indiqué Jaafari.
Répondant à une question sur la fourniture par le gouvernement syrien des messages et des cassettes qui confirment l’utilisation par « l’opposition » de l’arme chimique à Ghouta, Jaafari a fait savoir que le gouvernement syrien avait adressé des dizaines de messages aux membres du Conseil de sécurité, aux Nations Unies et au Conseil des droits de l’Homme.
En ce qui concerne la reprise des pourparlers de Genève, le délégué permanent de la Syrie a dit : « Nous sommes en train d’arriver à la fin des consultations de l’envoyé onusien pour la Syrie, Lakhdar Brahimi qui n’a avancé jusqu’au présent aucune proposition à Damas ».
« Le gouvernement syrien a participé aux pourparlers de Genève pour éviter la solution militaire de la crise et la résoudre politiquement sous la direction des Syriens eux-mêmes, conformément au plan de Koffi Anan et aux résolutions du Conseil de sécurité, dont celle 2118 », a signalé Jaafari qui a appelé les pays influents à arrêter leur soutien aux terroristes et leurs agressions contre la souveraineté syrienne.
Passant à la rencontre du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon avec des responsables militaires américains, Tchak Hegel et Marc Dempsey, Jaafari a indiqué que Ki-moon tentait à faire parvenir la voix de la sagesse aux personnes qu’il rencontre à Washington, et de leur démontrer la nature pacifique des Nations Unies.
Jaafari a enfin souligné l’alliance offensive étroite entre les autorités turques, qataries et saoudiennes contre le gouvernement syrien et leur envoi des terroristes takfiristes pour commettre des actes terroristes à l’encontre du peuple et de l’infrastructure syrien
http://sana.sy/fra/51/2014/04/09/537952.htm
New York, (SANA) Syria’s Permanent Representative to UN Dr. Bashar al-Jaafari stressed the existence of a close offensive alliance among Turkish, Israeli, Qatari and Saudi authorities for sending takfiri terrorists to Syria to commit terrorist acts against Syrian people.
In a press conference following U.N. High Commissioner for Human Rights Navi Pillay’s briefing at the UN Security Council on situation in Syria on Tuesday, al-Jaafari dismissed Pillay’s accusations against the Syrian government about human rights violations as “false and lacking credibility” because Pillay have not visited Syria during 3 years of crisis.
He accused UN High Commissioner of bias and that she has become a part of an orchestra led by some influential members in the Council for accusing Syrian government and putting further pressure on it.
The UN High Commissioner ignored the issue of takfiri groups that committed massacres and crimes against innocent civilians in Syria and didn’t mention terrorist acts perpetrated by armed terrorist groups in Kassab, Al-Jaafari said.
He added that Pillay didn’t touch on significant information unveiled by the US writer Seymour Hersh on the direct involvement of Turkish government in the use of chemical weapon in Damascus Countryside in 2013.
On Geneva conference talks, Syria’s Permanent Representative said “we are waiting for the UN envoy to Syria Lakhdar Brahimi to end the deliberations, but Brahimi didn’t offer any proposals to Syria.”
He criticized the UN Secretary General Ban Ki-moon’s meeting with US military officials, calling on Ban to prove the peaceful nature of UN through settling the crises peacefully.
The Syrian government went to Geneva talks on the basis that there is no military solution to crisis in Syria but a political one led by the Syrians themselves according to the UN former envoy to Syria Kofi Annan’s plan, UN Security Council resolutions, particularly 2118 and other international resolutions on the crisis in Syria, al-Jaafari said.
He stressed need that the influential countries stop their support to the armed terrorist groups and their violation of the Syrian sovereignty.
Al-Jaafari said that Pillay didn’t visit Syria during 3 years of crisis and had played down all information presented by Syrian government and didn’t consider information presented by the UN agencies in Damascus.
He accused Pillay of being biased and manipulating the truth as she avoided to talk about these facts and only wanted to accuse the Syrian government which is outside her mandate.
Syria’s Representative al-Jaafari dismissed any Syrian government’s violations of human rights, stressing that “We do not only dismiss but rather reiterate that these accusations are false and the investigation committee didn’t visit Syria and don’t know what is going on in it.”
Al-Jaafari went on saying “I sent more than 500 letters on behalf of my government to the UN but they didn’t read these letters and didn’t listen to our statements.. What Pilay does is a part of the orchestrated campaign which aims at accusing Syrian government
http://sana.sy/eng/21/2014/04/09/537950.htm

Azouzi & Mahasham

Publicités
Cet article, publié dans TV, Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s