Jaafari : Certains délégués au CS parlent des droits du peuple syrien sans faire allusion à l’occupation sioniste du Golan\Countries addicted to killing the Syrians serve terrorism project in the region

20140426-010707_h541041

Arabic Link : http://wp.me/p3N3jE-gd

English link : http://sana.sy/eng/21/2014/04/30/541792.htm

New York / Bachar Jaafari, délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies, s’en est pris à certains pays qui diffusent le sang du peuple syrien depuis trois ans et aborde la situation en Syrie d’une manière provocatrice et trompeuse qui verse dans l’intérêt du projet soutenant au terrorisme et l’extrémisme dans la région, et s’écartent de l’essence de l’article sur l’état au Moyen-Orient, consacré à l’occupation israélienne des territoires arabes occupés.
Dans un communiqué lu lors d’une séance du Conseil de sécurité, consacrée à « la situation au Moyen-Orient », Jaafari a fait savoir que personne ne mentionne les actes terroristes perpétrés en Syrie.
« L’Arabie Saoudite, le Qatar, la Turquie et certains pays membres du Conseil de sécurité soutenant les terroristes que certains nomment « opposition modérée », avaient demandé, le mois dernier, de ternir deux réunions sur la Syrie à l’Assemblée générale qui avaient coïncidé avec le breefing périodique sur la situation au Moyen-Orient et une autre réunion sur les droits inéluctables du peuple palestinien.
Dans le même contexte, Jaafari a assuré que les délégations de certains pays qui avaient demandé de tenir des conférences et des séances pour propager des rapports falsifiés sur la situation en Syrie n’avaient fait aucune allusion à l’occupation sioniste du Golan syrien sur laquelle le conseil de sécurité avait adopté la résolution N° 497 en 1981.
Le délégué Jaafari a qualifié d’ »ironique » les propos du délégué d’un pays qui n’a ni constitution ni parlement, et interdit les moindres droits de la Femme, sur la Syrie démocratique où une femme occupe le poste du vice-président.
Par ailleurs, Jaafari a souligné la souffrance des Syriens qui souffre des politiques de répression, de discrimination, d’arrestation et de la torture au Golan occupé, exercée par l’occupant israélien qui leur prive aussi de leurs ressources naturelles, dont le pétrole, le gaz et les eaux, faisant noter que les hôpitaux de l’occupant là-bas n’accueillent pas les citoyens syriens qui ne portent pas l’identité israélienne, et que cet occupant interdit l’enseignement de la langue arabe.
Et Jaafari d’ajouter : « Les autorités de l’occupant empêchent le Croissant-Rouge de travailler au Golan occupé et de construire des dispensaires et des hôpitaux conformément aux résolutions de 1911 du mouvement international des associations du Croissant-Rouge te du Croix Rouge ».
Jaafari a fait savoir que l’appui qu’apporte Israël aux terroristes au Golan syrien occupé transgresse l’accord de désengagement de l’an 1974, le mandat des FNUOD, le droit international et les résolutions du conseil de sécurité, ce qui expose la vie des forces des Nations Unies au danger.
A propos de la position de la Syrie envers cette question, Jaafari a affirmé que le gouvernement syrien avaient informé l’administration des forces de maintien de paix de tous ces détails, et lui avait demandé formellement de mener une enquête sur l’implication des services de renseignement qataris dans l’enlèvement de membres de la FNUOD du bataillon philippin au Golan.
Jaafari s’est dit étonné devant le ralentissement de l’administration des opérations du maintien de la paix dans la révélation des résultats de leur enquête si elle a été menée.
« Israël s’est intervenu militairement une fois de plus au Golan syrien et a bombardé une école et une mosquée dans le village de Hamidiya dans une violation flagrante de la loi internationale, ce qui confirme la collaboration entre les forces de l’occupant israélien et les groupes terroristes armés dans la zone de désengagement », a-t-il précisé.
Le délégué permanent de la Syrie a appelé certains pays à cesser de tromper le monde en continuant à donner des allégations et des justifications aux actes perpétrés par Israël qui avait refusé tout contrôle international sur son arsenal nucléaire, agressé les lieux de culte islamiques et chrétiens et œuvre aujourd’hui pour voler la mosquée d’al-Aqsa.
Jaafari de conclure : « Comment Israël peut parler de la paix après toutes ces pratiques qui portent atteinte aux moindres principes de la paix ».
Jaafari met en garde contre la poursuite de la négligence par Israël des appels à vider le Moyen-Orient des armes prohibées
Le délégué permanent de la Syrie auprès de l’ONU a mis en garde contre la gravité de la poursuite de l’abandon par Israël des appels à vider le Moyen-Orient des armes nucléaires, affirmant que cela menace la sécurité et la stabilité des pays de la région.
« La Syrie était parmi les premiers pays du Moyen-Orient qui avaient signé le traité de non-propagation des armes nucléaires en 1968 et le premier à appeler à vider le Moyen-Orient des armes nucléaires et de toutes les armes prohibées », a assuré Jaafari qui a lu le communiqué de la Syrie auprès du comité préparatoire de la conférence sur la révision du traité de la non-propagation de l’Arme nucléaire en 2014.
Il a appelé à exercer des pressions sur Israël pour qu’il adhère audit traité et soumettre toutes ses installations nucléaires à l’Agence Internationale de L’Energie Atomique conformément à la résolution du conseil de sécurité 487 de l’an 1981 et à celle de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique No 17 de l’an 2009 et ce pour préserver la paix et la sécurité internationales.
« Ce qui est étonnant est le fait qu’Israël fait fi à toutes les résolutions de la légalité internationale en poursuivant le développement de son arsenal nucléaire avec le support de certains pays possesseurs de l’arme nucléaire », a-t-il estimé, ajoutant que la position de ces pays constitue une violations flagrante de leurs engagements.
Jaafari a incité tous les pays qui négligent l’ambigüité du programme nucléaire d’Israël à abandonner son comportement de double critère et à œuvrer pour fixer une date de la conférence sur l’élimination de l’Arme nucléaire et de toutes les armes prohibées au Moyen-Orient.
Jaafari a rejeté, à cet effet, sur toutes les parties la responsabilité du succès de la conférence sur la révision du traité de la non-propagation des armes nucléaires dans le renforcement des principes de ce traité et la garantie de la paix et la sécurité internationales.
http://sana.sy/fra/51/2014/04/30/541801.htm

ِAzouzi & Mahasham

Publicités
Cet article, publié dans ONU, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Jaafari : Certains délégués au CS parlent des droits du peuple syrien sans faire allusion à l’occupation sioniste du Golan\Countries addicted to killing the Syrians serve terrorism project in the region

  1. Ping : Jaafari : Certains délégué...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s