Loïc Garnier : «Al-Qaida entraîne des Français pour frapper l’Europe»

Mr.Loïc Garnier

Mr.Loïc Garnier


Loïc Garnier : «Al-Qaida entraîne des Français pour frapper l’Europe»

INTERVIEW – Le coordinateur de la lutte antiterroriste détaille pour Le Figaro la menace djihadiste venue de Syrie.

Deux ans après l’affaire Merah, l’interpellation de Mehdi Nemmouche, auteur présumé de la tuerie de Bruxelles, alimente la théorie des «loups solitaires» basculant dans le terrorisme au nom de l’islam radical. Alors que le spectre d’un djihadisme de masse plane sur la France, le contrôleur général Loïc Garnier, ancien patron de la brigade criminelle devenu chef de l’unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat), s’exprime en exclusivité sur l’immense défi qui se pose aux services de sécurité.
LE FIGARO. – Combien existe-t-il de «loups solitaires» semblablesà Mohamed Merah et à Mehdi Nemmouche, l’auteur présuméde la tuerie de Bruxelles?
Loïc GARNIER. – Je n’aime pas cette expression de «loup solitaire», qui contient en elle un romantisme tout à fait déplacé quand on parle de terroristes. Je préfère parler d’acteurs isolés qui ne sont pas forcément sortis du territoire et qui rêvent de frapper quand et où ils le voudraient. Aujourd’hui en France, plusieurs centaines de gens potentiellement dangereux ou exprimant des velléités de départ vers le djihad sont sous surveillance. C’est une question majeure de sécurité mais aussi un enjeu de santé publique puisque nous sommes face à un nombre important de très jeunes individus qui n’imaginent pas qu’ils vont mettre en jeu leur vie et leur santé mentale…
Environ 320 volontaires français combattent en Syrie. Avez-vous les moyens de savoir ce qu’ils y font?
À la frontière turco-syrienne, ils sont pris en charge par des passeurs qui les remettent sans peine entre les mains de structures combattantes avec lesquelles ils ont des contacts familiaux, amicaux ou géographiques. Ils subissent alors un véritable processus d’évaluation visant à éprouver la sincérité de leur engagement, leur potentiel physique et opérationnel, leurs connaissances des textes sacrés. Ils suivent ensuite des cours religieux et de maniement des armes légères. En général, la durée de ces «stages» varie très largement de deux semaines jusqu’à un mois, voire un mois et demi avant qu’ils soient directement envoyés au combat ou affectés à des tâches «subalternes». Liées à la logistique, celles-ci peuvent consister notamment à la garde de prisonniers ou d’otages. Seule une minorité est appelée à devenir des «kamikazes», à l’image de ceux qui se sont illustrés en Syrie mais aussi en Irak…
Armés et formés, ils présentent donc une réelle menace à leur retouren Europe?
Nous pouvons le craindre. Les conséquences de ces séjours en Syrie sont très négatives car les individus qui en reviennent sont globalement plus dangereux. Ils auront commis ou assisté à des exactions parfois terribles, ont fait la guerre dans des conditions de sauvagerie extrême. En conséquence, ils affichent un degré de tolérance à la violence que l’on ne connaît pas dans notre société occidentale. Pour eux, le curseur est monté de plusieurs crans, au point que tuer est devenu un acte presque banal. Par ailleurs, nous allons être confrontés au retour de jeunes présentant de réels risques psychologiques, en proie à de graves symptômes post-traumatiques, semblables à ceux des vétérans d’Afghanistan ou du Vietnam. Faute d’une prise en compte efficace, nous pouvons redouter la survenue de comportements tout à fait imprévisibles et violents.
Ce sont donc autant de bombes à retardement?
Nous savons que certains jeunes individus, des djihadistes européens parmi lesquels figurent des Français, sont pris en charge par des cadres d’al-Qaida qui les entraînent dans le but de mener des attentats en Europe. Sélectionnés sur des critères notamment linguistiques, sur leurs capacités à se fondre parmi la population occidentale et à frapper le moment venu avec toute la détermination nécessaire, ils apprennent les techniques de fabrication de bombes artisanales, l’art de la dissimulation et tout le sang-froid voulu pour commettre un attentat suicide. Ayant fait l’objet d’un «lavage» de cerveau, ils ne sont plus dans un combat contre Bachar le dictateur mais aux sources de la dialectique d’al-Qaida qui dit: «Là où tu es, frappe le mécréant, frappe l’apostat.» Nous sommes face à une menace protéiforme, à un phénomène que l’on a jamais connu. C’est aujourd’hui notre plus grande inquiétude.
Les services de policerisquent-ils d’être débordés faceà la menace qui enfle?
Non, nous ne sommes pas débordés. Il est clair en revanche que le volume inédit de djihadistes nécessite une approche différente sur le ciblage. Même si nous essayons d’avoir un œil sur tout le monde, nous sommes dans l’obligation de prioriser nos objectifs. Sachant que la surveillance d’une seule personne 24 heures sur 24 suppose un minimum d’une vingtaine de fonctionnaires à renouveler tous les deux jours pour éviter qu’ils se fassent repérer, il est impossible, ni même souhaitable, d’épier tout le monde.
Inutile de préciser que nous suivons de près ceux qui reviennent fanatisés de Syrie ou encore certains paramètres «visibles» tels que la rupture brutale avec l’environnement familial, les appels à la haine formulés en public ou sur Internet. En creux, il est aussi intéressant de regarder en direction de ceux qui ont tenté de brouiller les pistes avant de revenir en France. Pour l’heure, on dénombre environ 850 djihadistes français potentiels, dont 31 sont décédés et certains ont pris la route du retour. Baignant au départ dans un univers virtuel de jeu vidéo, ces derniers n’avaient pas réalisé que la guerre est une réalité très dure: ils ont été exposés à un niveau de mort qu’ils n’ont pas supporté. D’autres sont revenus malades, blessés, exprimant un sentiment de lassitude.
La menace d’un attentat en France est-elle réelle?
Plus que jamais, car la France reste une cible privilégiée d’al-Qaida. D’abord parce qu’elle prône une laïcité qui refuse toute forme d’ostentation religieuse, que nos soldats sont engagés au Mali et encore en Afghanistan et, enfin, que l’intervention en Centrafrique est brandie de façon extravagante comme une croisade de l’Occident chrétien contre le monde musulman. Pour l’heure, la menace n’est pas imminente, même si les prévisions en la matière sont toujours incertaines…
Des actes terroristes ont-ils été déjoués?
Sans l’action des services de police qui ont mené nombre d’interpellations et démantelé des cellules prêtes à l’action, la France aurait été le théâtre d’actes extrêmement graves. Je pense notamment au groupe de Cannes et Torcy, qui a été intercepté en possession de quatre bombes, prêtes à fonctionner et à semer la mort.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/11/01016-20140611ARTFIG00026-loic-garnier-al-qaida-entraine-des-francais-pour-frapper-l-europe.php

Djihadistes aujourd’hui en Syrie. Et terroristes demain en France ? (vidéo)

Document BFMTV: le quotidien de jihadistes français en Syrie – 27/03

TV Syrienne:

Mahasham & Azouzi

Publicités

A propos azouzi

"J'ai fait le premier pas et le plus pénible dans le labyrinthe obscur et fangeux de mes confessions. Ce n'est pas ce qui est criminel qui coûte le plus à dire, c'est ce qui est ridicule et honteux." Jean-Jacques Rousseau : Les confessions
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Loïc Garnier : «Al-Qaida entraîne des Français pour frapper l’Europe»

  1. Ping : Loïc Garnier : «Al-Qaida entra&icirc...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s