Hommage à nos Martyrs de l’armée Arabe syrienne morts pour Notre Patrie

Captureph2

« Vous n’aviez réclamé ni la gloire ni les larmes […] que la nature est belle et que le cœur me fend, la justice viendra sur nos pas triomphants ». Aragon [1]

Captureph1

Captureph2

Témoignages recueillis dans les montagnes verdoyantes de Lattaquié, première ville côtière de Syrie, à quelques kilomètres aux alentours de la base d’intervention russe.
Cet été, avec quelques amis et parents, nous avons voulu revisiter notre pays, la Syrie, en butte depuis 4 années à une agression extérieure contre l’Etat syrien, contre son peuple, contre son identité et ses repères ; une agression qui a cloîtré les gens chez eux quand elle ne les a pas jetés sur les routes.

Sur notre parcours – depuis l’aéroport de Hmemim, qui sert aujourd’hui de base à l’aide de la Russie – j’étais saisie par la beauté du paysage, et tout à la fois frappée par les innombrables photos de jeunes visages de martyrs affichées tout au long de la route sur les poteaux électriques, tous beaux, tous jeunes, tous tombés pour la Patrie. Cela reproduisait à l’identique ce qui m’avais frappée au Liban après sa libération par la Résistance libanaise en 2000.

Je ne suis pas journaliste, mais je me suis sentie mue par le sentiment d’un devoir : le devoir de leur donner la voix, de faire revivre leur histoire, d’aller à la rencontre de leurs familles, et de leur transmettre également ma profonde reconnaissance ; de leur dire aussi qu’il y a en Occident des gens qui pensent à eux avec respect ; qui savent reconnaitre que la résistance contre la sauvagerie de l’impérialisme qui agit par mercenaires terroristes interposés, pour la plupart « étrangers », repose ici depuis plus de 4 ans sur les épaules de la valeureuse armée syrienne.

J’ai rencontré un père de martyr qui m’a introduit ensuite auprès d’autres familles en deuil, et j’ai fait ainsi la connaissance d’une dizaine d’entre elles. Ce fut à chaque fois avec beaucoup d’émotion et de pudeur.

Pratiquement tous les parents soupirent lorsque je leur demande de raconter l’histoire de leur enfant : «L’histoire du martyr… c’est celle de tous les martyrs de Syrie ».
Souvent la tombe est juste à côté de la maison dans ces villages de montagne… ainsi le disparu reste près de sa famille.

Je veux ici leur rendre hommage en restituant aussi fidèlement que possible leurs paroles de villageois montagnards, si proches de nous citadins, si simples et si justes. Avant même de savoir qui vous êtes et ce que vous cherchez, ils vous réservent le meilleur accueil, vous proposent une boisson, des fruits. Cela m’a réconfortée de revivre cette bienveillante hospitalité que la guerre n’a pas altérée. L’émotion et la chaleur de l’accueil ne peuvent être rendues par des mots …

J’ai pris des photos de chaque martyr, parfois de sa tombe, parfois aussi avec sa mère ou son père.

Captureph3

… dans le village de Qerdaha, le village du Président, un interminable mur tapissé des photos des martyrs de la région, tombés aux quatre coins de la Syrie.

« Toute la Syrie est à défendre » comme ils disent. Et par tous !

Le sang de toutes les ethnies et confessions composant la riche mosaïque humaine de la Syrie s’est mélangé. Dans ces belles contrées montagneuses, habitées majoritairement par des alaouites, aucune animosité n’est nourrie envers les autres ethnies, ni ressentie par eux. Cette précision s’adresse au lecteur occidental qui aurait pu être induit en erreur sur la réalité syrienne par des médias qui insidieusement laissent accroire à des oppositions confessionnelles. Alors qu’en réalité elles sont totalement étrangères à l’âme syrienne multiethnique, multiculturelle, multiconfessionnelle depuis des siècles. Pour nous Syriens, la question ne se pose même pas. Pour le lecteur qui ne connaîtrait pas la Syrie, voilà ce à quoi elle ressemblait avant que ce pays ne soit meurtri, envahi par des hordes de mercenaires animés par une sauvagerie dont on ne pouvait même pas imaginer la possibilité. (2)

Voici les paroles spontanées que j’ai recueillies.

Je leur ai demandé simplement de me dire ce qui s’est passé, ce qui a été le plus dur, ce qui les fait tant souffrir ; et de me dire ce que représente pour eux le président Assad, diabolisé par l’Occident et ses relais médiatiques qui ne peuvent prononcer son nom sans entonner à l’unisson qu’il « a du sang sur les mains », et sans jamais interroger le peuple syrien, premier concerné. Une curieuse conception de la démocratie.

Au moment où je m’apprête à publier ces lignes je les ai recontactés. Tous se disent soulagés de l’intervention des alliés du gouvernement Assad, qu’ils voient le bout du tunnel, qu’ils constatent une amélioration sur le terrain, et se sentent optimistes.

AYHAM

28 ans, mort le 16 février 2013, en rentrant de permission sur la route de Homs, victime d’une embuscade, tué par un sniper ; il laisse un fils de sept mois qui lui ressemble beaucoup, une jeune veuve, ses parents, un frère et deux sœurs dans la vingtaine.

Les parents tiennent une épicerie. Le père dit avec amertume: « Nos enfants se battent et meurent pour défendre notre pays, et pendant ce temps, l’opposition extérieure félicite Netanyahou de sa réélection. » (3)

ALI NAJI HARBA
********

La mère raconte : « Mon fils, 19 ans, s’était engagé dans la Garde républicaine où il a suivi un stage spécifique de combat ; il a combattu six mois à Dareyya dans la banlieue de Damas ; il a été sélectionné pour aller à Alep où il est resté quatorze mois ; il a participé à la libération de quinze villages ; il est tombé, touché par un obus le 18 avril 2014 au lendemain de l’attaque des terroristes contre la caserne Hanano. Ils l’ont attaquée par les tunnels qu’ils avaient creusés, après avoir lancé des bombonnes de gaz et des obus sur les 37 soldats de la caserne. 187 terroristes ont été liquidés. »
Elle ajoute : « Toute la Syrie est à défendre, sans le président Assad nous ne serions plus là… »

Ils sont partis de chez eux pour défendre la Syrie, pas un n’est mort près de chez lui ; les témoignages concordent tous sur le fait que les bataillons représentent tout le panel de la société.

Affecté à Deraa en 2011, tombé en martyr le 24 septembre 2012 lors d’une bataille dans un champ d’aubergines ; le terroriste a grimpé sur le char et a tué tous ses occupants. Le père qui prend son café tous les matins auprès de la tombe de son fils témoigne : « Dans toutes les familles il y a eu des morts ou des blessés ; mon autre fils, en convalescence, a été blessé à Marj el- Sultan, dans la Ghouta de Damas ; deux cousins sont aussi tombés en martyrs. Ils se sont sacrifiés pour le peuple tout entier ; sans leur combat nous ne serions plus là… Que Dieu protège l’armée et son chef (le président) ; il n’y a pas de différence entre nous alaouites sunnites, chiites, entre toutes les composantes de la société syrienne, qui se retrouvent d’ailleurs représentées au sein de l’armée. »

Une des sœurs du martyr travaille à l’hôpital de la police à Harasta, banlieue « chaude » de Damas… elle est confrontée quotidiennement aux conséquences de la guerre, les blessés affluent, mais moins qu’en 2012….

Taher Ahmad Khallouf 28 ans, et Eid Ahmad Khallouf, 19 ans. Ils sont sept frères dont quatre dans l’armée. Un est actuellement à Zabadani, un autre à Qara, la mère n’a pas revu un de ses fils depuis plus d’un an, l’autre est venu passer deux jours il y a deux mois.
Taher est tombé en martyr dans la Ghouta de Damas, le 22 septembre 2013. Eid est tombé à Idlib le 16 novembre 2012 ; le père aussi est mort la même année ; les quatre enfants se sont engagés dès le début des troubles ; ils ont voulu défendre leur patrie, ne pas avoir à se reprocher de ne pas avoir répondu à l’appel.

Depuis la mère est désemparée, erre, oublie ce qu’elle cherche, dit qu’elle a perdu la raison ; mais en l’écoutant on constate qu’elle a toute sa tête, et qu’elle est au surplus très touchante ; elle est rongée de douleur, autant pour ses fils disparus que pour la Patrie en danger ; elle se fait du souci pour son fils qui n’a pas de travail ; mais, dit-elle, il ne se fera jamais enrôler par les terroristes qui appâtent les pauvres avec de l’argent …

Ramadan Ali Mahmoud 28 ans. Il a un frère et une sœur, restés auprès de ses parents.
« Ramadan a combattu à Damas, à Zabadani, à Deraa. Il a vu les violences qui se sont produites à la mosquée Omari de Deraa, là où les troubles ont commencé en 2011 ; il a raconté comment on leur jetait de l’huile de friture bouillante depuis les fenêtres et des bacs de plantes à Douma banlieue de Damas. »
Ces détails sont très importants, c’était le début des manifestations pas si pacifiques que ça.

« Il a combattu 5 mois à Idleb ; il a combattu à Khan Chikhoun, dans la région d’Alep où il a passé un an et demi. Il venait 5 jours en permission tous les 3 mois. Il a été enterré à Khan Chikhoun. En février 2014, il a été encerclé avec ses compagnons au barrage militaire al-Salam par les terroristes, et ce jusqu’au 19 mai 2014. Le barrage est un check point appelé al-Salam car il est à côté de la station d’essence du même nom. »

Il y a eu une dizaine de barrages de ce genre pour essayer de protéger la route principale Damas – Alep. Aujourd’hui, la route principale Damas -Alep est coupée par les terroristes et les voyageurs sont obligés de passer par une route secondaire, Khanasser, un village proche d’Alep dont personne n’avait entendu parler auparavant, ni les habitants de Damas ni même ceux d’Alep.

« Au fur et à mesure que les terroristes avançaient, les défenseurs du barrage ont été obligés de se regrouper ; le barrage al-Salam est devenu important, jusqu’à regrouper 50 soldats, dont 19 ont été tués et enterrés sur place, par leurs compagnons. Pendant le siège, ils étaient coupés du monde, sans eau et sans nourriture. Parfois du ravitaillement leur arrivait par avion.

Les parents de Ramadan réussissaient à leur envoyer « des paquets de plats préparés qu’un officier aviateur de l’aéroport militaire de Hama leur faisait parvenir, mais parfois, selon la direction du vent, ils tombaient dans une zone tenue par les terroristes présents des deux côtés du barrage. Quelques défenseurs ont déserté et rejoint le camp des terroristes d’où ils interpellaient personnellement par leur prénom les soldats assiégés pour les inciter à se rendre. Ramadan a été touché à la tête et au corps par un éclat d’obus et a succombé à ses blessures quelques jours plus tard, faute de soins« .

Ses compagnons survivants sont venus à la maison, rencontrer ses parents, leur présenter leurs condoléances et leur parler de sa bravoure.

« Le 26 mai 2014 les terroristes ont miné le barrage ; les soldats restants ont décidé de le quitter dans l’espoir de pouvoir arriver à pied au barrage suivant où se trouvaient 300 militaires, mais ce dernier avait aussi été dynamité; après trois heures de marche dans les champs ils sont montés sur un tracteur en direction de Hama ; puis sont arrivés à Tartous. Sans le courage des martyrs, sans le gouvernement d’el-Assad qui défend la Syrie, il n’y aurait plus ni Syrie ni Etat syrien ; les États Occidentaux se sont acharnés sur la Syrie. »

Au village de Bessine de 3000 âmes il y a une cinquantaine de martyrs ou portés disparus…Bessine en araméen veut dire le voisin de la lune…

Le père témoigne :
« Mon fils a effectué trois missions dans Qalamoun (Zabadani, Rankous, Halboun) là où se trouvaient les bandes armées. Il a affronté les terroristes derrière son talus et en a tué cinq puis il a été atteint à son tour et a succombé à ses blessures selon les dires de ses supérieurs. Un an et dix jours après la première libération du Qalamoun, ses compagnons de la sécurité militaire se sont déplacés et ont rapatrié le corps ; un berger leur a indiqué l’endroit où étaient enterrés les corps des soldats. Nous lui avons installé une tombe ; de le savoir près de nous ça nous a soulagés sa mère ses frères et moi ; ce n’est plus un soldat inconnu c’est notre martyr dont nous sommes fiers.

Mon deuxième fils a été blessé à Alep, le troisième est resté à Nairab mais a rapatrié sa famille ici ; un autre fils a été affecté à Qamichli, puis Hassaké, puis à Hama et enfin à Lattaquié ; le dernier ici présent est aussi engagé : voici son histoire…. ».

Puis il reprend : « Dès le début, la police ne voulait pas d’affrontement avec le peuple, dont elle fait partie ; elle s’est comportée comme un père envers ses enfants, elle ne s’est servie que de bâtons pour maintenir le calme, alors que les autres tuaient, pendaient…Autrefois, nous allions où nous voulions dans toute la Syrie en pleine nuit. Lorsque ça a commencé, nous avons compris que c’était du terrorisme planifié en Jordanie, aux USA, et ailleurs.

C’est la première fois depuis 1400 ans (il fait référence au début de l’Islam) que l’on voit de telles choses : assassinats, pendaisons, cannibalisme… J’ai 65 ans et n’ai jamais entendu de choses pareilles. Du temps de Hafez el-Assad, paix à son âme, nous vivions bien et dans la sécurité. Mais ceux-là ne veulent pas le bien, ils ne veulent que l’idéologie takfiriste, une idéologie décadente, qui n’a aucun lien avec les religions, ni avec rien au monde !

Si mes sept fils meurent, je prendrai moi-même le fusil pour nous défendre contre ces bandes qui viennent du bout du monde nous combattre et nous déraciner. C’est pourquoi prendre les armes est pour nous un droit et un devoir ; nous devons combattre avec tout ce que nous possédons. Après, c’est le destin si on meurt….Nous encourageons nos combattants, que Dieu les protège.

Le sionisme international ne comprend que le langage de la force ; que Dieu bénisse Sayed Hassan Nasrallah, sans les forces du Hezbollah, les Israéliens seraient à Beyrouth, ou même à Tripoli.

C’est pourquoi nous sacrifions ce que nous avons de plus cher, pour combattre les ennemis de Dieu, les ennemis du peuple, les ennemis de l’Homme, les ennemis de l’Islam ; car l’Islam est innocent, la religion signifie la tolérance, la fraternité, les bonnes qualités, ce n’est pas assassiner, égorger, pendre, mutiler, miner, faire exploser…

Comment des gens instruits, médecins, ingénieurs, par exemple peuvent-ils croire les aberrations prêchées par ces terroristes ? »

Un des responsables d’un gros attentat à la voiture piégée à Damas était étudiant en 4eme année de médecine.

« Que ce soit leur mère ou un cheikh qui le dit, il faut d’abord réfléchir. Comment peuvent-ils écouter un cheikh qui leur raconte des bêtises ? Même s’il porte une barbe longue de 20 mètres, s’il dit faux il ne faudrait pas le suivre ! C’est honteux de le suivre… Même si c’était mon père qui me tenait de tels discours je ne le suivrais pas…
Nous vivions en bonne entente, nous entretenions des rapports de bon voisinage, d’alliances, de relations familiales, sociales, commerciales etc…Mais depuis cette guerre, tout a changé ; mes huit cousins habitent à Layramoun (Alep), une cinquantaine de personnes au total ; nous les aimions bien, et allions très souvent les voir. Quatre sont déplacés, et quatre ont rejoint les bandes armées. Ces derniers m’ont appelé lors du martyr de mon fils, je les ai chassés, je leur ai dit de ne plus jamais mettre les pieds chez moi, cette maison leur est désormais interdite. Ils ont appelé, je leur ai dit vous faites erreur c’est un faux numéro de téléphone…Nos enfants vivaient pourtant côte à côte. »

D’autres témoignages me font part de soldats d’Idleb, mais d’ailleurs aussi probablement, qui ont rejoint l’armée loyaliste alors que leur famille a pris le parti des terroristes, qui ne rentrent plus chez eux quand ils vont en permission mais vont chez leurs camarades de combat.

Premier lieutenant de l’école militaire de Homs, durant sa 2ème et 3ème année, il est allé en renfort aux barrages d’al-Oua’r (quartier à forte densité encore infesté de terroristes qui ont pris les habitants en otage) ; après un entraînement spécifique au combat il a été envoyé sur tous les fronts, à Wadi Sayeh, à Bab Tadmor, à Homs, en mission six mois à al Qaryaten (occupé par les bandes armées qui ont pris en otages les gens fidèles à l’État), à Talbisseh (village riche proche de Homs ), à Palmyre, à al-Sokhneh, six mois à Wadi Deif, à Hama, à Morik, entre Hama et Raqqa ; il a constamment donné une image positive à ses parents, qui n’ont appris que plus tard qu’il était en première ligne ; il venait en permission deux jours tous les trois mois, joyeux, s’intéressait à tous les détails de la vie, rassurant ses parents, ainsi que tous ses camarades.

Ses camarades de combat sont venus rendre visite à ses parents après sa mort.
Dans la famille de sa mère il y a quatre martyrs de la même maison. « Si chacun ne défend pas sa patrie jusqu’à la dernière goutte rien ne restera. Sa cause est celle de chaque Syrien ».

Le cousin de la mère a été tué la veille [de notre entretien] à Khanasser, sur la route actuelle d’Alep.

La mère soupire : « L’histoire d’un martyr, c’est une histoire communément partagée, la même pour chaque martyr. Au front, pas de différence entre les soldats et les officiers, ils sont tous au combat. La douleur me déchirera le cœur toute la vie, malgré la fierté d’être mère de martyr. Les terroristes n’ont pas de principes, pourquoi les laisser atteindre nos demeures ? Ils nous ont laissé l’amertume et la désolation pour l’éternité. Nos fils défendent le pays, ils me protègent moi et ma famille, alors que les terroristes viennent du bout monde, pour tuer. En partant nos fils scandent notre âme notre sang, pour toi O Syrie! Le martyr est martyr de la patrie, pas que de sa mère. La Syrie n’a pas été habituée à ce genre de problème, nous avons découvert à Deraa dès 2011, que c’était du terrorisme ; mon fils m’a tout de suite dit que c’étaient des terroristes venus de Jordanie ; au début il a pensé que ça pouvait être réglé rapidement, puis il a découvert l’ampleur du projet, du complot, l’afflux grandissant des terroristes…

Du côté de Khanasser aussi ils essaient de couper la route, pour diviser la Syrie. Mais ils ne vaincront pas, nous sommes solidaires, tous pour un. Que ce soit la défense nationale ou militaire ».

La jeune sœur de 19 ans est en train de s’engager dans la garde républicaine, dont plusieurs filles sont déjà tombées en martyrs. Des associations de mères de martyrs préparent des plats, et des munitions, qu’elles apportent au plus près des zones de combat, et livrent dès qu’il y a une accalmie.

« Toutes les mères du voisinage ont perdu un ou plusieurs fils ; il n’y a pas eu de désertion massive comme cela a été rapporté, aucun groupe ou division n’a déserté, au contraire tout le monde s’engage soit dans l’armée, soit dans la défense populaire ; le père lui-même était engagé dans la défense populaire avant le décès du fils. Si les enfants du président étaient en âge de partir à la guerre, ils y seraient allés ; la famille du président n’a pas été épargnée non plus. Le beau-frère du président a perdu la vie dans un attentat survenu à Damas en juillet 2012 ; on compte également parmi les victimes, le ministre de la défense Daoud Rajha ; à cette occasion tragique nous avons découvert qu’il était chrétien; nous sommes tous Syriens, avant tout. » Le neveu de la mère qui témoigne ici, a été atteint d’une balle à Alep ; il est resté près de ses compagnons pendant sa convalescence et a continué à combattre assis sur sa chaise…

Captureph12

27 ans, garde républicaine ; il a été appelé en tant que réserviste en 2012 ; il est tombé le 22 juin 2013 à Alep, en première ligne face aux terroristes, un sniper l’a touché à la tête. Il a raconté à ses parents les tunnels creusés par les terroristes. En 2012 il avait déjà été blessé, et un mois après il est reparti au combat et n’est jamais revenu. Pendant leurs congés annuels, ses camarades viennent rendre visite à ses parents, et présenter les condoléances. Congés très précieux car rares; certains n’en ont pas eu depuis trois ans…Pour les congés les soldats se déplacent en avion, la voie terrestre étant impraticable, ils voyagent avec les corps des martyrs. « Le président Assad, s’il ne défendait pas la Syrie nous ne l’aurions pas soutenu ».

La famille est assise à l’ombre fraîche d’un arbre ; ils me reçoivent sur la terrasse, ils s’affairent pour m’installer confortablement, me servent le café et s’excusent du peu. La mère raconte :
« Mohamed 23 ans, engagé dans la sécurité depuis quatre ans, est tombé le 23 mai 2015 à Palmyre, après les combats près de l’aéroport, tué par un missile. Il a combattu à Jable, Lattaquié, à la frontière irakienne et à Homs. Il ne s’est jamais dérobé ». [Palmyre est tombée aux mains des terroristes le 20 mai 2015]

La sœur me montre l’annonce nécrologique en taille de poster et la photo encadrée en grand format, en cherchant le meilleur éclairage pour éviter les taches de lumière. Elle s’insurge lorsque quelqu’un lui propose de poser le cadre au sol « non jamais je ne le poserai par terre !»

Une cousine qui était là, a eu son mari pris en otage pendant treize mois ; une histoire connue dans toute la Syrie, lorsque Tabqa a été attaquée, en 2013, une caserne entière de 48 soldats a été prise en otage, puis un chef de tribu, qui était à l’origine avec les bandes armées, mais a rejoint les loyalistes, a libéré la totalité des soldats; il les a sortis dans un camion, dissimulés sous des moutons et les a conduit à bon port jusqu’à Hama.

Cette libération n’aurait pas pu avoir lieu sans la couverture de l’armée syrienne.

27 ans, aide-ingénieur, réserviste appelé, est resté un an absent, sans permission pour aller chez lui, puis les parents ont appris, par télégramme, qu’il avait été tué dans une embuscade à Qalamoun le 6 septembre 2013 (la première fois que Qalamoun a été libérée)

Le père raconte : « C’est un projet sioniste-étasunien ; à Deraa les policiers n’étaient armés que de bâtons alors qu’en face ils tiraient à balles réelles en proférant des slogans menaçant de vider la région de ses minorités: Les chrétiens à Beyrouth, les alaouites au tombeau. Les villageois ont été achetés, ils ont touché de l’argent (4) et ont collaboré avec la Turquie, les familles des hommes armés ont aussi joué un rôle ; sans leur soutien Daech n’aurait pas pu survivre ; par exemple à Hassaké (dans l’Est), un jeune homme a été enlevé et tué par son propre oncle et son cousin, affiliés à al-Nosra. »

Essentiellement c’est al-Nosra qui constitue un vrai danger pour la cohésion de la société syrienne, car s’il y a une unanimité sur le danger de Daech, al-Nosra en revanche, parvient à s’infiltrer dans certains esprits sunnites, en les manipulant. Pour rappel : al-Nosra est une filiale d’al-Qaida que la France qui l’a soutenue présente comme étant un groupe de «rebelles modérés ».

Le père continue :

« De quelle religion s’agit-il ? Il n’y a pas de telle religion! Assad ? Il se comporte comme devrait le faire n’importe quel président, il défend son pays, sans lui la Syrie n’existerait déjà plus. Actuellement il n’a pas de remplaçant, tant qu’il n’y a pas eu de réconciliation ».

Captureph16

La mère, Oum Nawwar, a perdu il y a huit mois son fils de 19 ans en mission à Deraa, engagé volontaire. Un télégramme lui a appris sa mort, et le corps du jeune homme a été ramené dans son village, Depuis, la mère a un peu perdu la tête, et je n’ai pas su la faire parler, elle pleurait…et moi aussi …

Captureph17

34 ans, blessé quatre fois, et tué dans la région de Homs le 29 octobre 2014, à Haql el Chaer, ( zone du pétrole plusieurs fois tombée aux mains des terroristes et plusieurs fois reprise par l’armée, à chaque fois avec de lourdes pertes ). Le père, ancien officier parle peu. A la question « que représente, Assad ? », il répond « C’est un symbole ».

Nous avons aussi évoqué les nombreux kidnappés qui disparaissent à jamais. Les kidnappés qui ont été relâchés près de Damas, sont revenus « marqués » d’un orteil coupé ; ce qui permet aux terroristes de les reconnaître s’ils les kidnappent à nouveau avec la menace de ne plus en réchapper.

Captureph18

27 ans, d’une fratrie de 10, tué dans les environs de Damas il y a un an et huit mois (plutôt que la date, souvent les gens comptent le temps qui passe) donc fin 2013 ; réserviste, – il était ouvrier agricole avant de partir à la guerre-, il a combattu deux ans, dans toute la Syrie. C’est la jeune sœur qui nous reçoit. Pendant que je lui parle, un cousin arrive en tenue militaire, 31 ans ; il a lui-même perdu son frère il y a un an et demi à Sokhne, dans la région de Homs. Les sept frères sont tous militaires.

Au cours de notre entretien j’ai une nouvelle fois la confirmation que les familles des terroristes anti-gouvernementaux se font passer pour des réfugiés, et rejoignent les zones sécurisées par le gouvernement pour bénéficier des aides gouvernementales.

Adalia, le 30 octobre 2015

Notes
1) Poème d’Aragon en souvenir de L’Affiche Rouge placardée à Paris au lendemain de l’exécution de Manouchian et ses partisans – Hommage aux Martyrs de la Résistance magnifiquement interprété par :

Leny Escudero
: https://www.youtube.com/watch?v=n9nrq4o2OQ4

Leo Ferré : https://www.youtube.com/watch?v=uhOe-5HU15U

[2] http://www.presstv.ir/Detail/2015/03/20/402740/Syria-militants-congratulate-Bibi

Les dirigeants de divers groupes terroristes combattant contre l’Etat syrien ont envoyé des messages de félicitation au Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, lors de sa victoire électorale, exhortant Tel Aviv à poursuivre son soutien à leurs groupes.
Mendi Safadi a révélé aux médias israéliens qu’il avait reçu deux lettres officielles et de nombreux messages venant des « rebelles », y compris de la part de l’Armée syrienne libre. Ces messages ont été transmis par Mendi Safadi, un membre de la Knesset récemment réélu (parlement israélien), agissant en tant que médiateur entre les groupes terroristes et Israël. Un message disait: « Nous avons reçu avec beaucoup d’espoir et de joie la nouvelle de votre victoire». Un autre message félicitait les Israéliens, le médiateur et Netanyahu et sollicitait le soutien de Tel-Aviv pour la construction de « la meilleure des relations à tous les niveaux ».

En octobre 2014, le commentateur politique israélien, Ehud Yaari, a déclaré que Tel-Aviv a fourni un traitement médical à plus de 1400 combattants blessés en provenance de Syrie. Yaari a ajouté que certains groupes opérant en Syrie avaient tenus des réunions secrètes avec des personnalités de l’armée israélienne avec lesquelles elles souhaitaient maintenir des contacts.

Le mois dernier, Muhammad Badie, leader d’un groupe opposé au gouvernement syrien a dit sa reconnaissance à Netanyahou pour sa visite dans un hôpital de campagne dans le Golan occupé, le 18 février 2014. La chaîne israélienne, Channel 2 News, a diffusé des images d’un hôpital de campagne israélien dans le Golan qui a traité plus de 700 Syriens, y compris des miliciens.

(3)http://fr.slideshare.net/Avicennesy/siria-lo-quenoconocemos-26597708?ref=http://reseauinternational.net/voila-le-pays-que-lon-assassine/

(4) http://rplfrance.org/index.php?content=eclairages/150903al1-me.htm

Alkhal a fondé la Brigade des Martyrs de Yarmouk qui a combattu l’armée syrienne, et lui a confisqué une vingtaine de chars, des systèmes anti-aériens et des armements moyens. Leur nombre s’élève à près de 1500. Ils perçoivent par mois 100.000 livres syriennes (l’équivalent de 500 $), une somme coquette qui nous conduit à nous poser la question de savoir qui fournit l’argent. Dans le bassin al-Yarmouk, Alkhal est connu pour sa collaboration étroite avec Israël. Pendant longtemps, c’est lui qui était chargé de faire entrer les miliciens blessés dans les hôpitaux israéliens. Il possède un numéro portable israélien et se rend fréquemment en Palestine occupée.

Voir sur le sort des soldats prisonniers : Syrie : Exécutions de soldats par les groupes terroristes à Racca

Voir également un reportage (sous-titré en anglais) où des mères de martyrs de toutes confession insistent sur la question de la représentativité:

Source:
http://arretsurinfo.ch/hommage-aux-soldats-de-larmee-syrienne-morts-pour-leur-patrie/

Azouzi « avec les plus haut Respects à notre Amie Adalia »

Publicités

A propos azouzi

"J'ai fait le premier pas et le plus pénible dans le labyrinthe obscur et fangeux de mes confessions. Ce n'est pas ce qui est criminel qui coûte le plus à dire, c'est ce qui est ridicule et honteux." Jean-Jacques Rousseau : Les confessions
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Hommage à nos Martyrs de l’armée Arabe syrienne morts pour Notre Patrie

  1. Ping : Hommage à nos Martyrs de l’arm&eac...

  2. Ping : SILENCE ET RESPECT | Raimanet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s