LETTRE DE DAMAS…

imagesParis

Chers Amis de Belgique et de France,

Ces quelques mots pour, d’abord partager vos peines et vos interrogations après les derniers attentats meurtriers qui ont endeuillé vos familles, vos proches et, plus largement vos pays développés, souverains et démocratiques. Le fait de savoir que les Syriens, les Libanais, les Irakiens, les Afghans, les Pakistanais et bien d’autres Africains subissent les mêmes maux tous les jours, ne constitue certainement pas une consolation, mais la peine – en ces temps – ne saurait demeurer trop sélective, au risque de perdre toute vraie consistance.

Cela dit, je ne vous cacherai pas que certaines de mes amies ont pu, non pas se réjouir, mais considérer que votre douleur pourrait peut-être déciller les yeux de certains de vos grands dirigeants. En effet, nous Syriens, nous sentons bien seuls depuis que les hordes salafo-jihadistes massacrent, torturent et violent nombre de nos concitoyennes et concitoyens depuis plus de cinq années maintenant… Bien-sûr, personne que je connais – à Damas et ailleurs dans le pays – n’oserait dire que nos autorités sont angéliques et qu’elles n’ont commis aucune faute dans la gestion de notre guerre civilo-internationale, que certain de vos intellectuels continuent à qualifier de « printemps », voire de « révolution »…

Ce qui est certainement plus grave encore est de voir certains de vos dirigeants continuer à accorder un grand crédit à ceux d’Arabie saoudite et de Turquie, qui continuent – plus ou moins ouvertement – à soutenir Dae’ch et d’autres factions « jihadistes », dites « modérées ». Quelle sinistre rigolade ! Comment certains Syriens et Syriennes ne peuvent-ils pas, sinon se réjouir, du moins penser que ce qui vient de se passer à Bruxelles et Paris est, quelque peu mérité lorsqu’on voit aussi que le chef de la délégation de l’ « opposition » syrienne à Genève n’est autre que Mohammed Allouche, un tueur de Jaïch Al-Islam, une bande d’assassins financée et armée par Riyad ? Ne parlons-pas des fantasmagories de groupes armés, « modérés » eux-aussi, voire « laïcs » et « démocratiques ». Bien qu’ayant décidé de continuer à vivre en Syrie tout en continuant à circuler dans le pays, nous n’en n’avons jamais rencontré…

Depuis plus de vingt ans l’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe financent, soutiennent et favorisent, de toutes les manières possibles, l’expansion du wahhabisme et de ses produits dérivés mortifères dont les vitrine européennes de la Confrérie des Frères musulmans… d’autres grands modérés ! Combien faudrait-il encore d’attentats pour que vous compreniez que ces acteurs ont pour mission de miner vos propres sociétés de l’intérieur, de propager l’intolérance et la haine pour y semer les graines de la guerre civile et du chaos. Evidemment, vos « droits de l’homme » vous interdisent de les neutraliser : c’est votre problème à vous, mais de grâce, s’il vous plaît !!!, ne chercher pas à nous imposer les mêmes comportements normatifs et moralisateurs. Nos Etats sont jeunes et issus des découpages arbitraires de vos anciens empires coloniaux. Ils ne sont certainement pas des modèles de vertu et de démocratie, mais ce sont les nôtres et nous entendons les faire évoluer, les moderniser à notre rythme et selon nos choix souverains.

Ce que vous venez de subir dans votre chair est le résultat de vos orientations politiques, économiques, financières et diplomatiques… de vos renoncements successifs, sinon de vos lâchetés ! Ici, de Damas et de toute la Syrie, votre « ni Dae’ch, ni Bachar » prête vraiment à sourire, sinon à pleurer, comme une dialectique de nantis, ignorant toutes les tendances lourdes d’un Proche-Orient que votre grand et regretté Charles de Gaulle cherchait à aborder avec des idées simples mais justes. Certains de vos dirigeants actuels – s’inquiétant plus de leur avenir personnel que de celui des peuples de France et de Syrie -, estiment que l’Arabie saoudite, le Qatar, le Koweït et d’autres peuvent sauver vos économies en difficulté. Quelle illusion ! Et, à terme, quel déshonneur !

Au-delà de protocoles commerciaux en carton, regardez attentivement l’effectivité et la réalisation concrète de ces belles promesses dont la finalité essentielle est d’acheter la conscience et l’honneur (soulignons !) de quelques politiciens de l’instant. Comme les droits de l’homme ne sauraient garantir à eux-seuls la pertinence d’une politique étrangère, la diplomatie économique – si chère à Monsieur Fabius aujourd’hui bien au chaud à la tête de votre Conseil constitutionnel – se révèle encore plus désastreuse et morbide. Depuis plus de vingt ans, vous devriez savoir que les monarchies wahhabites financent les terroristes salafo-jihadistes, ceux-là mêmes qui tuent vos soldats au Mali, au Niger et ailleurs… Les Etats-Unis ont eu recours à ces bandits pour attirer l’Union soviétique en Afghanistan sans plus de préoccuper du monstre qu’ils avaient contribué à mettre en marche. Par suivisme, les pays européens dont la France ont accompagné ce mouvement morbide. C’est celui-là même aujourd’hui qui vous revient dans la face et la conscience.

A Damas, où parvient toujours la presse internationale, on lit encore aujourd’hui sous la plume de certains de vos « idiots utiles », que les derniers attentats de Paris et Bruxelles résultent, notamment du fait de ne pas être intervenu militairement contre la Syrie qui aurait utilisé l’arme chimique contre les habitants de la Ghouta… Sidérant ! Les grands enquêteurs de votre Monde savent-ils que plusieurs enquêtes des Nations unies accusent aujourd’hui la rébellion jihadiste d’avoir utilisé ces armes prohibées par les Conventions de Genève ? A défaut de respecter la vérité historique, faudrait-il conserver une mémoire minimale propre à rappeler que les hordes de Saddam Hussein ont utilisé les mêmes armes chimiques contre les Kurdes et d’autres populations civiles irakiennes. A l’époque, elles avaient pu le faire grâce aux aides technologiques et logistiques des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et de la France éternelle… Alors, de grâce : épargnez-nous vos leçons de morale sélectives et vos injonctions droits-de-l’hommistes.

La Syrie et l’Irak d’aujourd’hui sont confrontées à des guerres civilo-internationales dans lesquelles vous avez une part de responsabilité prépondérante. Vos hommes politiques et vos diplomates sont des pompiers-pyromanes qui devraient être traînés devant les juges de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, qui se borne à mettre en accusation des dirigeants africains ou serbes. La belle affaire ! La belle affaire lorsque le bilan des victimes civiles de la guerre d’Irak du printemps 2003 – déclenchée contre l’avis du Conseil de sécurité de l’ONU, faut-il le rappeler ! – sont toujours classifiés « Confidentiel-Défense ».

Avouez, et même en partageant vos derniers deuils, qu’il y a de quoi perdre son calme et amplement de quoi s’insurger contre la bien-pensance des « Je suis Charlie », ceci ou cela… Pour notre part, nous continuons à être Syriennes et Syriens, en dépit de tous les plans de dépeçage prévus pour notre pays dans le secret des chancelleries occidentales. Nous continuons à aimer et chérir cette belle Syrie que vous contribuez, aujourd’hui encore, à détruire, en permettant aux agents de Recep Erdogan d’infiltrer en Syrie des terroristes caucasiens et chinois. Ces derniers ont pris leurs quartiers avec femmes et enfants dans une dizaine de villages de la région d’Idlib. Pourquoi et Comment ? Pour préparer la prochaine terre de jihad qui visera à déstabiliser la Chine ? Avec les mêmes bailleurs de fonds saoudiens et qataris ???

Dans ce bilan triste à pleurer, quelle douleur de ne plus reconnaître notre France, notre chère France : celle dont parlait André Malraux dans son fameux discours du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon, celle des soldats de l’armée de l’an II, de la Commune, des maquis du Vercors et du plateau des Glières… Bien-sûr, les tueurs de Saint-Denis, du Bataclan, de l’aéroport et du métro de Bruxelles sont des admirateurs deDae’ch, mais ce sont avant tout vos enfants, les produits de vos quartiers en déshérence, de vos écoles communautarisées, de vos prisons où l’on peut recruter et convertir, ainsi que de vos médias faisant trop souvent preuve d’une arrogance proportionnelle à leur insondable ignorance.

A Damas, je me souviens qu’à l’Institut culturel de France – qui a fermé ses portes en même temps que celles de votre ambassade en mars 2012, belle initiative ! -, le livre le plus emprunté à la bibliothèque était Les Misérables de votre grand Victor Hugo… Dans ce roman universel, on voit Jean Valjean protéger Cosette – la fille d’une prostituée décédée -, on voit cet ancien forçat s’élever contre l’injustice et porter sur son dos une victime des barricades de 1832. Magnifique ! Mais qui sont et où sont les Jean Valjean français d’aujourd’hui ? A leur place, les Jean-Pierre Filiu, Antoine Basbous, Frédéric Encel et autres Olivier Roy ne cessent de pérorer dans vos médias et ailleurs pour dire que les Chrétiens de Syrie ne sont pas recommandables parce qu’ils soutiennent Bachar al-Assad ! Ne vous en déplaise, il est et reste notre Président et ce n’est certainement pas à ces gens, qui ont successivement cautionné les guerres d’Irak, de Libye et bien d’autres opérations militaires « humanitaires », de venir nous dire à nous, aujourd’hui, qui doit incarner l’avenir politique de notre pays !

Malgré tout, je pleure avec vous et vous embrasse de tout cœur.

Samia de Tartous
28 mars 2016

Source : http://goo.gl/Q01QlJ
© Photo : Rafael Gómez/Flickr

Azouzi

Publicités

A propos azouzi

"J'ai fait le premier pas et le plus pénible dans le labyrinthe obscur et fangeux de mes confessions. Ce n'est pas ce qui est criminel qui coûte le plus à dire, c'est ce qui est ridicule et honteux." Jean-Jacques Rousseau : Les confessions
Cet article, publié dans infos Syrie, Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour LETTRE DE DAMAS…

  1. Ping : LETTRE DE DAMAS… | Syrie dans le Coeur.....

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s