Syrie. Voyage au coeur du pays de Bachar (1) : un pays en guerre

Capture01

Depuis 5 ans le conflit syrien est au cœur de l’actualité. Pour en parler, la plupart des médias se contentent de reprendre les dépêches de l’Agence France presse, qui s’appuient eux-mêmes sur les communiqués de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une officine très controversée. 

Alors pour tenter de comprendre la réalité, trois membres  de la rédaction de Breizh-info viennent de séjourner en Syrie, où ils se sont rendus avec le concours de l’association de solidarité France-Syrie ( contact : syrianafrance@gmail.com) . Ce voyage d’une semaine s’est entièrement déroulé dans la partie du pays sous contrôle du gouvernement légal. De Damas à Lattaquié, notre équipe est allée à la rencontre de la population : combattants, victimes de guerre, déplacés, chrétiens, musulmans, religieux,  mères de famille, enfants, universitaires, industriels, artisans, commerçants, agriculteurs… Sans préjugés ni tabous, récit d’un voyage dans un pays en guerre. 

La rédaction

Capture02

Tard le soir,  nous retrouvons Damas que nous avions rapidement aperçue il y a une semaine lors de notre arrivée en Syrie. Depuis, nous avons sillonné le pays. Nous avons pu constater la diversité de la population qui partage cependant un lien très fort, son attachement à  la patrie. A  Saidnaya et Maaloula, nous avons rencontrés des représentants des églises chrétiennes. A Homs, ville martyre,  les ravages de la guerre se sont imposés. A Hama, ville majoritairement sunnite, l’histoire sourd de l’Oronte. A Ain el  Kroum,  au-dessus d’Apamée, nous avons partagé le quotidien des habitants. A Lattaquié, fief des Alaouites  et à Tartous, la base russe, règne encore  la douceur méditerranéenne.

Damas, une des villes les plus anciennes du monde, est  mythique dans l’imaginaire européen et oriental. Elle résume plus de  3000 ans d’histoire depuis l’installation des Amorites. Capitale d’un puissant royaume araméen, elle a subi la domination assyrienne, babylonienne, perse puis romaine. Une importante population juive y vivait alors. Celle-ci a abrité les premières communautés chrétiennes. Damas est devenue musulmane en 636 et capitale de l’empire omeyyade en 661. Elle a connu l’invasion des croisés, des mongols, des mamelouks et des Ottomans. Ces derniers ont été remplacés par les français après la guerre de 14/18 avant de redevenir capitale de la Syrie indépendante en 1946.

La guerre y est présente. Les hommes du Front Al Nosra occupent une partie de l’agglomération. On entend parfois le bruit sourd des explosions. Pourtant la vie continue. La circulation est intense. les rues débordent de piétons d’autant que la température est printanière. Le souk est animé. Dans les cafés pleins, hommes et femmes de toute génération boivent jus de fruit, thé, café ou fument le narguilé.

Le mardi précédent, où nous nous étions retrouvés en fin d’après-midi à l’aéroport de Roissy CDG, nous semble loin. Nous avions  emporté du matériel médical et des médicaments qui manquent cruellement en Syrie, embargo oblige. Nous les remettrons à diverses associations sur place. A l’hôtesse d’Air Serbia chargée de l’enregistrement qui nous demandait si nous allons séjourner à Beyrouth, nous répondons que « nous allons un peu plus loin« . « Ah ! Vous allez à… ». Stupéfaite, son visage s’illumine. Les larmes lui montent aux yeux. Solidarité…Capture03

Après une escale à Belgrade, nous arrivons à Beyrouth à 3h15. Nous sommes un groupe de 17 personnes y compris les membres de l’association. Les formalités douanières accomplies, nous mettons les bagages dans deux camionnettes taxi qui vont nous conduire à Damas. Nous traversons Beyrouth où chaque quartier est protégé par des hommes en armes. La ville semble assez bien reconstruite. Nous la quittons  à 5h30. Nous traversons la plaine de la Bekaa. Comme les bureaux de la frontière n’ouvrent qu’à 8 heures, nous faisons une halte pour un petit-déjeuner   dans un bar – restaurant – épicerie – bazar, qui nous procure un avant-goût de couleur locale.

Le temps du trajet d’environ 110 kilomètres  et du passage de la frontière  nous en donnera un autre. Nous allons devoir oublier notre notion occidentale du temps et  faire preuve de patience. En effet,  nous n’arriverons qu’à 14h30 à notre hôtel, situé dans le quartier chrétien du vieux Damas. Les 5 heures passées en douane nous permettent un premier constat sur la grande diversité de style vestimentaire des très nombreux Syriens qui y passent. Pour les femmes, en particulier, cela peut aller d’une tenue de type européen, sexy voire provocante, à une robe noire et un voile qui dissimulent entièrement la personne.

Capture04

A l’entrée en Syrie, nous découvrons de grands portraits du président Bachar el-Assad, soit seul, soit en compagnie de Vladimir Poutine ou avec Sayed Nasrallah, le chef du Hezbollah. Ils nous suivront pendant tout le voyage. De même, devant les habitations, on peut voir les portraits des victimes, dénommés martyrs. Plongée dans un pays en guerre depuis cinq longues année,  guerre que subit en première ligne la population. Nous voyons dans les villages traversés des maisons détruites, des ruines, des restes de véhicules calcinés.

Par contre, le gouvernement et les habitants assurent la  sécurité grâce à de nombreux points de contrôle. Il en existe à chaque carrefour routier, à chaque entrée et sortie de communes, entre les quartiers dans les villes. Précédés de chicanes et ralentisseurs, ils sont tenus par des militaires ou par des milices locales. Les véhicules doivent s’arrêter et les passagers justifier de leur identité. Ainsi de l’entrée de Damas  à notre hôtel, nous en passerons une quinzaine. Précisons le tout de suite, jamais nous ne ressentirons le moindre sentiment d’insécurité tout au long de ce voyage. « Vous êtes fous ! » nous avait-on dit parfois, à l’annonce de notre voyage. Mais les rues de Paris ou de Bruxelles s’avèrent aussi risquées…

Capture05

Le lendemain, nous prenons l’autoroute du nord pour gagner Saidnaya, un fief chrétien, dans la montagne de l’anti-Liban. Cette région est très aride. Comme pendant tout notre séjour, nous passerons de multiples points de contrôle. Chaque entrée de ville ou de village, chaque carrefour important est contrôlé par des hommes en armes – avec interdiction formelle de photographier. Nous verrons également les preuves d’affrontements violents : véhicules incendiés, immeubles et maisons effondrés ou brûlés. Les affiches de ceux qui sont tombés au combat – appelés les martyrs – sont nombreuses. Régulièrement, nous ferons des crochets pour éviter les zones encore occupées par les islamistes. La Syrie est une peau de léopard avec une alternance de secteurs contrôlés par les forces légales et d’autres occupés par les groupes djihadistes.

(à suivre)

Crédit photos : Breizh-info.com ( mention obligatoire)
[cc] Breizh-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

http://www.breizh-info.com/2016/04/14/40664/syrie-bachar-guerre-islamistes-damas

 

Syrie. Voyage au coeur du pays de Bachar (2) : de Seydnaya à Maaloula, aux sources des chrétiens d’Orient

Capture00

Depuis 5 ans le conflit syrien est au cœur de l’actualité. Pour relater l’actualité syrienne, la plupart des médias se contentent de reprendre les dépêches de l’Agence France presse, qui s’appuient sur les communiqués de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une officine très controversée. 

Alors pour tenter de comprendre la réalité, trois membres  de la rédaction de Breizh-info viennent de séjourner en Syrie, où ils se sont rendus avec le concours de l’association de solidarité France-Syrie (contact : syrianafrance@gmail.com). Ce voyage s’est entièrement déroulé dans la partie du pays sous contrôle du gouvernement légal du pays. De Damas à Lattaquié, notre équipe est allée à la rencontre de la population : combattants, victimes de guerre, déplacés, chrétiens, musulmans, religieux,  mères de famille, enfants, universitaires, industriels, artisans, commerçants, agriculteurs… Sans préjugés ni tabous, récit d’un voyage dans un pays en guerre. 

La rédaction

De Seydnaya à Maaloula, aux sources des chrétiens d’Orient

A 30 kilomètres au nord  de Damas, dans le massif de l’Anti-Liban,  le village de Seydnaya  est situé à 1500 mètres d’altitude dans la montagne syrienne. Il est presque exclusivement peuplé de chrétiens de toutes confessions. Durant les chauds mois d’été c’est  le refuge des chrétiens de Damas. Nombre d’entre eux se sont fait construire de belles villas dont la majorité est fermée, d’autres semblant abandonnées.

Nous avons visité le sanctuaire grec orthodoxe dominant le village. Il abrite aujourd’hui 36 moniales. Le monastère des Anges recèle une célèbre icône représentant la vierge Marie. Sa réalisation est attribuée à saint Luc. L’icône ne sort jamais de sa niche toujours fermée où elle est soigneusement gardée. Un guide  prolixe et cultivé nous accompagne avec un militaire durant la visite.

Capture001

Le monastère a souffert à deux reprises de dommages, en novembre 2013  – à cause d’un incendie du mur arrière dû à une attaque de roquettes – et en janvier 2014 – à cause de tirs du front al-Nosra.

Après Seydnaya, direction Maaloula, un gros village où la majorité des habitants parle encore l’araméen, la langue du Christ.

Après avoir visité l’église saint Georges dans le bas du village, nous nous rendons  au  monastère Mar Takla, grec-orthodoxe, construit autour de la grotte et du tombeau de sainte Thècle, princesse séleucide et disciple de Saint Paul. Puis en haut du rocher qui domine le village, nous visitons  un antique monastère (construit au IVe siècle)  dédié à Mar Sarkis et Mar Bacchus (saints Serge et Bacchus).

Un « véritable massacre archéologique »

Capture003

Capture004

Capture005

Le village de Maaloula a particulièrement souffert  en 2013 – 2014 . Cela avait débuté par une offensive des djihadistes  principalement du Front Al-Nosra épaulés par des combattants de l’armée syrienne libre au cours de laquelle Maaloula va  tomber au mains des rebelles. Une contre-attaque de l’armée gouvernementale permettra leur départ  avant que ceux-ci ne reprennent  le contrôle du village.  Le  renfort de l’armée syrienne permettra le départ final des forces rebelles qui ont perpétré des massacres  de nombreux  civils et saccagé les églises. Les djihadistes  y ont commis un « véritable massacre archéologique », incendiant et pillant l’église conventuelle, un des plus vieux édifices chrétiens du monde, datant du début du IVe siècle, détruisant des icônes exceptionnelles.

Le Krak des Chevaliers, forteresse emblématique  

Capture006

Le plus célèbre des châteaux forts croisés du Moyen-Age  est inscrit au patrimoine de l’UNESCO.  Selon Thomas Edward Lawrence ( Lawrence d’Arabie), ce fut d’abord une forteresse construite en 1031 par les Abbassides, dynastie de califes arabes. Les croisés s’en emparèrent en 1110. Les hospitaliers (Chevaliers de l’Hôpital) le gérèrent de 1142 à 1271, date à laquelle le sultan mamelouk Baïbars s’en empara. La forteresse fit l’objet de nombreux remaniements et travaux d’agrandissement . Elle fut équipée de ce que le génie militaire de l’époque offrait de mieux en matière de dispositif de défense : double enceinte de murs, rampe pour les chevaux, vingt citernes assuraient l’approvisionnement en eau de la garnison de 2000 hommes.

Construit à 700 mètres au-dessus du niveau de la mer, la citadelle domine la plaine de la Bekaa, à un carrefour stratégique à mi chemin entre Homs et la côte.

Capture007

On ne peut atteindre la forteresse en véhicule que par un chemin sinueux et escarpé  Notre visite commença tard dans l’après-midi, à la tombée de la nuit. Au loin, au sommet de la colline, le krach nous apparait  fantomatique La forteresse n’était gardée que par deux soldats syriens en armes… Nous y  pénétrons  par une large rampe d’accès couverte de pente légère pour faciliter l’accès des chevaux. La montée, même en nous éclairant de torches, nous semble lugubre.  Heureusement, après avoir accédé aux terrasses, nous apercevons  le magnifique paysage depuis le chemin de ronde supérieur.

Capture008

En 2012 les djihadistes s’emparèrent du Krak des Chevaliers qu’ils vont occuper près de deux ans en commettant de nombreuses dégradations (sculptures descellées pour être revendues…, destruction de l’accueil, de la cafétéria…). Ce n’est que le 20 mars 2014 que l’armée gouvernementale reprendra le Krak, après de violents combats qui entraînèrent la destruction quasi-totale du village se trouvant au pied de la forteresse.

(à suivre)

http://www.breizh-info.com/2016/04/15/41501/syrie-bachar-maaloula-seydaya-krak-des-chevaliers

Azouzi

 

Publicités

A propos azouzi

"J'ai fait le premier pas et le plus pénible dans le labyrinthe obscur et fangeux de mes confessions. Ce n'est pas ce qui est criminel qui coûte le plus à dire, c'est ce qui est ridicule et honteux." Jean-Jacques Rousseau : Les confessions
Cet article, publié dans La Communauté Syrienne de France, Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Syrie. Voyage au coeur du pays de Bachar (1) : un pays en guerre

  1. Ping : Syrie. Voyage au coeur du pays de Bachar (1) : ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s